Nigeria : L’assassinat de Hauwa Liman par Boko Haram est un crime de guerre

Boko Haram a assassiné la travailleuse humanitaire Hauwa Liman.

« En assassinant une autre travailleuse humanitaire, Boko Haram témoigne à nouveau de son mépris flagrant pour la vie. Hauwa Liman fournissait des services humanitaires essentiels à des personnes touchées par le conflit dans le nord-est du Nigeria. Son meurtre est un crime de guerre. Aux termes du droit international humanitaire, tous les employés des organisations humanitaires doivent être protégés des attaques, a déclaré Osai Ojigho, la directrice d’Amnesty International Nigeria.

«  Boko Haram doit libérer immédiatement et sans condition la dernière professionnelle de santé encore en captivité, Alice Loksha. Alors que la nouvelle de ce meurtre atroce se répand, les autorités nigérianes doivent redoubler d’efforts pour secourir les centaines de civils retenus captifs par Boko Haram, notamment Leah Sharibu, écolière de 15 ans kidnappée dans la ville de Dapchi, et les dernières lycéennes de Chibok.

«  Tous les responsables présumés de crimes de guerre et de violations des droits humains commis au Nigeria doivent répondre de leurs actes devant la justice dans le cadre de procès équitables.  »

Le 16 octobre, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a confirmé que Hauwa Liman avait été exécutée en captivité.

Complément d’information

Trois professionnelles de santé – Saifura Hussaini Ahmed Khorsa, Hauwa Liman et Alice Loksha – ont été enlevées au mois de mars au cours d’une attaque menée par les combattants de Boko Haram contre la ville de Rann, dans l’État de Borno, dans le nord-est du Nigeria. Rann accueille au moins 40 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays. Boko Haram a assassiné Saifura Hussaini Ahmed Khurso, en septembre, et Hauwa Liman, aujourd’hui.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.