Nigeria : La police menace d’incendier des maisons dans un contexte d’expulsions forcées menées dans la violence

Une cinquantaine de policiers armés et un bulldozer sont arrivés dans le quartier de Badia East à Lagos, et procèdent à des expulsions forcées, notamment en menaçant d’incendier les maisons des habitants s’ils ne quittent pas les lieux, a déclaré Amnesty International le 15 juin après avoir parlé avec des habitants de ce quartier.

« La situation est totalement chaotique, et comme les forces de sécurité ont menacé d’incendier les maisons des habitants, la peur et la panique se sont rapidement propagées parmi eux. Les expulsions forcées sont interdites par le droit international et les autorités nigérianes doivent respecter leurs engagements et renoncer à ces démolitions, a déclaré Morayo Adebayo, chercheur sur le Nigeria à Amnesty International.

« Depuis 2013, les autorités ont détruit les logements d’au moins 50 000 habitants des quartiers informels de Lagos, et ces personnes vivent dans un état de peur et d’appréhension permanent. Le recours aux expulsions forcées ne fait qu’accroître les problèmes – et le nombre de sans-logis – dans cette ville qui se développe rapidement et qui connaît une grave crise du logement.  »

Complément d’information

Cela fait plus de 10 ans qu’Amnesty International recueille des informations sur les expulsions forcées dans l’État de Lagos. Ces expulsions ont lieu sans consultation préalable sérieuse, sans préavis suffisant et sans qu’aucune indemnisation ou solution de relogement ne soit proposée. Dans certains cas, elles sont menées en violation de décisions de justice les suspendant.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Torture et mort : le lot des détenus syriens

Depuis le début de la crise, les autorités syriennes soumettent des dizaines de milliers de personnes à la détention arbitraire, aux disparitions forcées, à la torture. Signez la pétition !