Nigeria : Les attentats-suicides portent la marque de Boko Haram

En réaction aux multiples attentats-suicides ciblant des téléspectateurs qui regardaient un match de football dans la ville de Konduga, dans le nord-est du Nigeria.

« Ces attentats-suicides ignobles qui ont tué au moins 30 personnes et en ont blessé plus de 40 portent la marque de Boko Haram et de sa campagne cruelle et impitoyable ciblant les civils. Ces attaques illégales sont typiques du total mépris dont fait preuve Boko Haram à l’égard du caractère sacré de la vie humaine, a déclaré Osai Ojigho, directrice d’Amnesty International Nigéria.

«  Nous demandons à Boko Haram et aux autres groupes armés de cesser immédiatement de s’en prendre aux civils. Tous les responsables présumés de ces agissements doivent comparaître en justice pour les atrocités commises, notamment l’utilisation d’enfants pour des missions suicide.

« Les autorités nigérianes doivent faire davantage pour protéger les civils, particulièrement dans des régions comme Konduga, fréquemment prises pour cibles par Boko Haram. »

Complément d’information

Boko Haram n’a pas revendiqué les attentats, qui se sont déroulés dimanche soir. Cependant, d’après l’analyse des attentats et des informations émanant de témoins et de journalistes de la région, il est clair qu’ils correspondent aux méthodes et aux cibles du groupe.

D’après les médias, il s’agit du plus grand massacre imputable à des kamikazes au Nigeria cette année. Les informations qui continuent d’affluer laissent à penser que le nombre de victimes va encore augmenter en raison de la gravité de l’état des blessés.

Depuis 2009, Boko Haram mène une violente campagne contre les civils dans le nord-est du Nigéria et se livre quasiment chaque jour à des homicides, des attentats, des enlèvements et des pillages.

Toutes les infos
Toutes les actions

Ahmed H. doit être autorisé à rentrer chez lui

Ahmed H., incarcéré à tort pour « complicité d’acte terroriste », n’a plus vu sa femme et ses filles depuis 4ans. Chypre doit l’autoriser à rentrer chez lui, auprès de sa famille. Il risque d’être renvoyé en Syrie.