Nigéria : Quatre ans après Chibok, l’État continue de délaisser les victimes de Boko Haram

À l’occasion du quatrième anniversaire de l’enlèvement de 276 lycéennes à Chibok, Osai Ojigho, directrice d’Amnesty International Nigeria, a déclaré :

« Ce qui s’est passé à Chibok aurait dû être un signal d’alarme pour les autorités nigérianes. Mais quatre ans plus tard, des milliers de femmes et de filles ont été arrachées à leur foyer et placées en captivité, ce qui est passé pratiquement inaperçu et a été très peu médiatisé  ».

« Il est grand temps que l’État prenne des mesures significatives en faveur de toutes les victimes de Boko Haram. Cela commence par s’efforcer de faire libérer les centaines de personnes encore détenues, y compris les dernières lycéennes de Chibok et Leah Sharibu, la seule élève de Dapchi toujours en captivité ».

« Les autorités doivent aussi renforcer considérablement l’aide aux victimes. Pour les familles de disparu-e-s, elles doivent ouvrir un registre des personnes enlevées et veiller à ce que les dizaines de milliers de personnes déplacées vivant dans des camps puissent y faire inscrire le nom de leurs proches. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Pour une Belgique plus humaine envers les demandeurs d’asile

La Belgique doit se montrer plus humaine : demandez des voies sûres et légales pour les personnes contraintes de fuir de chez elles. Signez notre pétition !