Communiqué de presse

Norvège. Prix Nobel de la Paix au Quartet du dialogue national tunisien

Le prix Nobel de la paix récemment décerné au Quartet du dialogue national tunisien rend hommage au travail de ses membres pour consolider la société civile et les droits humains dans une société qui reste aux prises avec l’héritage de décennies de répression et d’atteintes aux droits humains, a déclaré Amnesty International vendredi 9 octobre 2015.

Amnesty International a collaboré avec trois des quatre membres du Quartet et s’est mobilisée pour défendre leurs droits ; ces quatre organisations sont depuis des décennies en première ligne du combat pour défendre les droits des Tunisiens.

« C’est une reconnaissance importante du rôle clé que peut jouer la société civile dans un pays qui émerge de longues années de dictature et de violations des droits humains », a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International.

« Ces organisations étaient continuellement menacées par le gouvernement avant le soulèvement de 2011 et ont fait preuve d’un grand courage dans un climat de répression. Dans les années difficiles qui ont suivi 2011, elles ont tenu bon dans leur défense des droits fondamentaux et de l’état de droit. »

« Alors que l’ombre des attentats de groupes armés plane sur la Tunisie, cette reconnaissance du Comité du Nobel est une lueur d’espoir pour un pays qui doit faire face à de grands défis pour l’avenir. »

L’un des membres du quartet, l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), se bat pour une amélioration des conditions de travail, notamment pour les femmes, alors qu’un fort taux de chômage sévit en Tunisie, ce qui fut l’un des facteurs déclencheurs des soulèvements de masse en 2011.

Le deuxième, la Ligue Tunisienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LTDH), compte parmi les plus anciennes organisations de défense des droits humains en Afrique et dans le monde arabe. La LTDH était régulièrement harcelée sous la présidence de Ben Ali.

Le troisième, l’Ordre National des Avocats de Tunisie, a continué de faire son travail malgré la répression et les mesures visant à le réduire au silence.

Complément d’information

En janvier 2014, la Tunisie a adopté une nouvelle Constitution contenant des garanties importantes dans le domaine des droits humains. Les autorités continuent toutefois de restreindre arbitrairement la liberté d’expression et d’association.

Amnesty International a reçu le prix Nobel de la paix en 1977.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées