Nouveau directeur régional pour l’Asie du Sud à Amnesty International

Amnesty International est ravie d’annoncer que Biraj Patnaik rejoint l’organisation en tant que nouveau directeur régional pour l’Asie du Sud.
Cette nomination renforce la mission d’Amnesty International dans la région la plus peuplée du monde, ce qui la rend plus proche du terrain, là où sont commises les violations des droits humains, en vue de les combattre plus efficacement.

« Alors que les citoyens d’Asie du Sud sont confrontés à des attaques vis-à-vis de leurs droits, Amnesty International élabore une réponse solide afin de provoquer le changement sur le terrain, a déclaré Minar Pimple, directeur général des opérations mondiales au sein d’Amnesty International.

« Biraj Patnaik est un militant aguerri, qui jouit de plus de 20 ans d’expérience en Asie du Sud, et nous sommes ravis qu’il renforce notre engagement envers la région et y dirige notre travail en faveur des droits fondamentaux. »

Biraj Patnaik occupait le poste de conseiller principal au sein du Bureau des commissaires de la Cour suprême pour le droit à l’alimentation en Inde. Pendant 10 ans, il a joué un rôle majeur dans les initiatives de campagne et de sensibilisation concernant l’adoption de la Loi nationale sur la sécurité alimentaire en Inde, un texte historique.

Diplômé en gestion de l’Institut de gestion rurale d’Anand (IRMA), il est chercheur honoraire à l’université de Coventry et membre du comité international de rédaction de l’Observatoire du droit à l’alimentation et à la nutrition. Biraj Patnaik a été membre du Bureau consultatif d’Amnesty International Inde.

« Rejoindre Amnesty International est à la fois un honneur et un défi. À travers l’Asie du Sud, on observe des tendances tristement similaires lorsqu’il s’agit des droits humains, ce qui rend le travail de l’organisation dans la région des plus essentiels, a déclaré Biraj Patnaik.

« L’Asie du Sud est une région où des centaines de millions de personnes subissent chaque jour l’injustice et sont privées de leurs droits à la nourriture, au logement, à de l’eau potable, à des installations sanitaires et à l’éducation. Des organisations de la société civile sont harcelées et fermées, des journalistes ciblés, des lois sommaires datant de l’ère coloniale utilisées contre ceux qui critiquent les gouvernements, de nouvelles lois sont invoquées contre les cyberdétracteurs et des pratiques violentes perdurent dans des zones touchées par les conflits.

« Au lieu que chacun reproduise les mêmes défaillances en matière de droits humains, nous voulons que les pays de la région rivalisent entre eux dans le but d’offrir un meilleur avenir à leur population. »

Biraj Patnaik a récemment publié un article dans The Hindustan Times : “It has become dangerous to be a blogger or journalist in South Asia” : http://www.hindustantimes.com/analysis/it-has-become-dangerous-to-be-a-blogger-or-a-journalist-in-south-asia/story-zKOz8UzvDdLdSEPz0HmkrO.html

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse