Communiqué de presse

Un temps pour pleurer, un temps pour danser

Par Conor Fortune, rédacteur au Service de presse d’Amnesty International, récemment rentré de Saint-Pétersbourg

Ekaterina Khomenko avait la gorge tranchée quand un balayeur l’a trouvée, dans une voiture dont le moteur tournait encore, à Saint-Pétersbourg début septembre.

Selon certaines informations parues dans les médias, la police a d’abord laissé entendre – chose incroyable – qu’elle pourrait s’être suicidée. Une enquête est maintenant en cours pour déterminer les causes réelles de la mort de cette jeune femme de 29 ans. Les autorités n’excluent pas la possibilité qu’elle ait été attaquée en raison de son orientation sexuelle : elle était ouvertement lesbienne et donnait des cours de tango à des couples homosexuels.

Quelques jours avant sa mort, un extrémiste avéré avait publié des propos haineux et des menaces sur une page de réseau social qu’elle alimentait, en réaction à une photo qu’elle avait diffusée montrant deux femmes pratiquant cette danse argentine sensuelle dans une station de métro.

Quel que soit son mobile, le meurtre d’Ekaterina a provoqué une onde de choc au sein du petit réseau très actif d’organisations de défense des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) de Saint-Pétersbourg. Lorsque j’ai rencontré certains de ses membres cette semaine, ils étaient visiblement bouleversés.

Ils sont malheureusement habitués à l’homophobie qui dégénère souvent en agression. Et ils sont habitués à un manque de réaction des autorités face à la violence envers les LGBT en Russie. Les crimes commis à l’encontre de personnes en raison de leur orientation sexuelle ou identité de genre réelle ou supposée ne sont pas couverts par la législation russe relative aux crimes motivés par la haine.

Cependant les militants LGBT, bien qu’horrifiés et indignés par cette tragédie, sont déterminés à poursuivre le combat visant à encourager une plus grande tolérance à Saint-Pétersbourg et partout en Russie. Ils veulent amener un climat qui leur permette de vivre, d’aimer, de respirer librement en étant eux-mêmes.

Telle est la motivation du festival QueerFest, événement annuel aujourd’hui incontournable, qui démarre à Saint-Pétersbourg ce jeudi 18 septembre. Au cours de cette sixième édition, il proposera pendant 10 jours de nombreux débats, séminaires et spectacles dans deux salles du centre-ville.

C’est en tout cas ce que les organisateurs espèrent.

L’an dernier, une quarantaine de salles ont refusé de participer avant qu’ils retiennent finalement des lieux situés en périphérie de la ville. Polina Andrianova, directrice de « Coming Out » – l’organisation qui est derrière le QueerFest – m’a indiqué qu’elle espérait pouvoir garder au moins une des deux salles actuelles. Alors que l’agenda et les intervenants sont prévus depuis un moment, étant données la peur et les menaces auxquelles la communauté LGBT est actuellement confrontée, les lieux finaux et d’autres informations n’ont été révélés qu’à la dernière minute.

Des problèmes menacent en permanence les organisateurs de ce type d’événements et des troubles viennent souvent les perturber.

En novembre dernier, pas moins de cinq alertes à la bombe ont interrompu le festival international de cinéma LGBT « Side by Side » (Bok o Bok), plus grand événement de ce genre en Russie. L’organisatrice, Gulya Sultanova, m’a raconté que les autorités venaient, parfois en plein milieu d’une projection, et évacuaient tout le bâtiment pour chercher des explosifs après que des individus non identifiés avaient, soi-disant, appelé pour les alerter. Invariablement, aucune bombe n’était trouvée et les films reprenaient une heure ou deux après l’interruption.

« Après la première fois, nous avons compris que c’était faux  », a-t-elle déclaré.

D’autres tentatives évidentes visant à faire échouer le festival ont eu lieu.

Des groupes de jeunes se présentaient et tentaient d’entrer, vraisemblablement en vue de provoquer des ennuis. La participation de mineurs à des événements ayant trait aux droits des LGBT fait partie des choses présumées illicites depuis juin 2013, date à laquelle un projet de loi sur la « propagande de l’homosexualité auprès de mineurs » a été adopté par la Douma avant d’être promulgué par le président Vladimir Poutine. « Présumées », car personne ne semble totalement sûr de ce que recouvre le terme « propagande » et cette loi a rarement été mise en application.

Néanmoins, elle fait autant de mal que de bruit. Cette nouvelle loi a généré des craintes et des pressions supplémentaires pour les personnes LGBT dans le pays. Les organisateurs d’événements tels que « Side by Side » et le QueerFest s’exposent à de lourdes amendes s’ils ne font pas figurer la mention « 18+ » (interdit aux moins de 18 ans) sur leur matériel promotionnel et ne s’assurent pas qu’aucun mineur ne participe.

Selon Gulya, un groupe de jeunes est parvenu à s’introduire lors d’une projection du dernier festival « Side by Side », malgré un contrôle des passeports à l’entrée. Une fois à l’intérieur, ils ont commencé à crier aux journalistes présents qu’ils étaient mineurs et choqués par les informations auxquelles ils étaient exposés. Un responsable de Saint-Pétersbourg exprimant énergiquement ses opinions homophobes, qui était sur place, leur a emboîté le pas en accusant, semble-t-il, les organisations LGBT de forcer les jeunes à être là.

Cette curieuse scène s’est rapidement dissipée, mais un quart d’heure après, des policiers ont annoncé qu’une alerte à la bombe avait eu lieu et que tout le monde devait être évacué de la projection.

Ces perturbations sont ce que les membres de « Coming Out » espèrent éviter pendant le QueerFest. Ils font leur possible pour veiller à ce que tout soit « convenable » malgré la législation de plus en plus restrictive. Les organisateurs de festivals marchent sur la corde raide, soucieux de ne pas enfreindre la loi, mais sans vouloir envoyer à la communauté LGBT le message qu’ils sont d’accord avec ce qu’elle représente.

« L’effet le plus grave de la loi sur la propagande est qu’elle justifie une attitude homophobe et donne le feu vert à la violence homophobe », m’a confié Polina.

Elle et d’autres militants LGBT luttent pour modifier cette tendance.

«  Nous sommes en Russie, nous aimons notre pays et travaillons à l’améliorer. La défense des droits humains et des droits des LGBT contribue à rendre la société russe meilleure  », a-t-elle ajouté.

L’objectif : une société où un festival de cinéma peut se dérouler sans alertes à la bombe. Une société où tout le monde est libre de parler de soi, sans être taxé de « propagande ». Une société où tout le monde peut danser un tango sensuel, avec un ou une partenaire de son choix, sans craindre d’être attaqué ou tué pour cela.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées