Arrestations de journalistes : un abus de pouvoir flagrant

Réagissant à l’arrestation, dans la matinée du 31 octobre, de 11 journalistes et employés du quotidien Cumhuriyet et à la fermeture de 15 médias au cours du week-end, John Dalhuisen, directeur pour l’Europe à Amnesty International, a déclaré :

« L’arrestation de journalistes et d’employés du dernier grand quotidien d’opposition en Turquie s’inscrit dans le cadre d’une stratégie systématique visant à faire taire toutes les voix dissidentes. La fermeture de plusieurs médias ce weekend fait écho aux mesures prises dans le cadre de la purge qui a fait suite au coup d’État manqué et a transformé le paysage médiatique turc, jadis foisonnant, en friche.

« Le détournement flagrant des pouvoirs conférés par l’état d’urgence, utilisés pour fermer des médias, doit prendre fin et les 130 journalistes actuellement en détention provisoire doivent être relâchés sans délai. »

Complément d’information

D’après l’agence de presse officielle turque Anadolu Ajansi, des mandats d’arrêt ont été décernés contre 13 employés du quotidien Cumhuriyet ; 11 ont été arrêtés lors de descentes effectuées dans la matinée du 31 octobre, dont le rédacteur-en-chef.

Samedi 29 octobre, 15 médias ont été fermés par décret. Il s’agit principalement de médias kurdes basés dans le sud-est de la Turquie, dont le seul journal national en langue kurde.

Plus de 160 médias ont été fermés depuis la tentative de coup d’État en juillet, et plus de 130 journalistes se trouvent actuellement en détention provisoire.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées