ONU : Des mesures sont nécessaires pour mettre un terme à la détention des enfants migrants

Des centaines d’enfants traumatisés demeurent enfermés dans des centres de détention aux États-Unis, conséquence de la politique de séparation des familles du gouvernement de Donald Trump.

Amnesty International demande aux dirigeants du monde d’agir en incluant l’engagement de mettre un terme à la détention des enfants migrants dans le texte du Pacte mondial sur les migrations, qui entre dans sa phase finale de négociations la semaine prochaine.

«  Les scènes terribles observées aux États-Unis illustrent la nécessité d’un engagement international visant à mettre fin à la détention des enfants migrants – ces négociations n’auraient pas pu avoir lieu à un moment plus opportun, a déclaré Perseo Quiroz, responsable plaidoyer Amériques à Amnesty International.

«  De nombreux dirigeants dans le monde ont exprimé leur indignation face au traitement réservé par le gouvernement de Donald Trump aux enfants dont les parents sont entrés clandestinement aux États-Unis. Il est temps de convertir cette indignation en actions concrètes.

« À l’ONU la semaine prochaine, les États auront une réelle opportunité de montrer leur volonté de mettre un terme définitif à la détention des enfants migrants en faisant pression en faveur des meilleures protections possibles pour les mineurs qui traversent les frontières. »

Les dirigeants de 193 États membres de l’ONU se rencontreront à New York à partir de lundi 9 juillet pour convenir du texte final du Pacte mondial sur les migrations, qui vise à établir un programme commun de gestion des migrations et de protection des droits des migrants. Tout au long du processus d’élaboration, Amnesty International a recommandé des moyens de garantir que ce Pacte protège les droits des enfants migrants.

Amnesty International est opposée à toutes les formes de détention d’enfants – qu’ils soient accompagnés ou non – uniquement pour des raisons liées à l’immigration et recommande que soit réprouvée en droit la détention de familles et de mineurs aux fins du contrôle de l’immigration.

En septembre 2016, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants, et s’est engagée à développer un Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

Dans sa version actuelle, le Pacte s’engage à « n’utiliser la détention de migrants qu’en derniers recours uniquement » et, dans le cas des enfants, à « œuvrer pour mettre fin à la pratique de la détention des enfants dans le cadre de la migration internationale ».

Amnesty International estime qu’aucune circonstance ne saurait justifier la détention d’enfants en lien avec la migration et demande aux États de modifier les termes utilisés afin de le spécifier.

« Hélas, les États-Unis ne sont pas les seuls à enfermer des enfants dans le contexte des migrations – des pays comme le Danemark, l’Australie et le Royaume-Uni ont des pratiques similaires, a déclaré Perseo Quiroz.

« Les événements récents ont braqué les projecteurs sur les réalités brutales que recouvre la détention d’enfants au seul motif que leurs parents se déplacent, et nous espérons que cela obligera d’autres gouvernements à prendre des mesures concrètes pour protéger tous les enfants contre ce traitement cruel. »

Le Pacte mondial sur les migrations ne sera pas juridiquement contraignant, mais il est politiquement contraignant et jette les bases du débat sur les migrations dans les prochaines années.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

USA/Mexique : un accord risque de mettre des milliers de vies en danger

Les États-Unis et le Mexique envisagent de reconnaître ce dernier comme « pays tiers sûr » et empêcher ainsi tous demandeurs d’asile de demander protection aux États-Unis. Signez notre pétition