ONU. L’inaction sur le dossier syrien n’est pas une option

Avant la publication jeudi 1er décembre d’une déclaration signée par plus de 200 organisations de la société civile du monde entier, qui exhortent l’Assemblée générale de l’ONU à agir de toute urgence concernant le conflit en Syrie, Sherine Tadros, responsable du Bureau d’Amnesty International auprès de l’ONU, a déclaré :

« Il devient chaque jour plus évident que le Conseil de sécurité des Nations unies manque à son devoir envers le peuple syrien. On dénombre près de 500 000 morts, et chacune d’entre elles est un reproche adressé au Conseil de sécurité, censé être le garant de la paix et de la sécurité internationales, qui a laissé une impasse politique faire obstacle à la possibilité de sauver des vies.

« C’est pourquoi nous demandons, avec 224 organisations de la société civile, aux États membres de l’ONU de prendre des mesures et de convoquer une session extraordinaire d’urgence de l’Assemblée générale de l’ONU afin d’exiger la fin de toutes les attaques illégales contre la ville d’Alep et partout en Syrie. Ils doivent exiger l’accès humanitaire immédiat et sans entraves afin qu’une aide vitale puisse parvenir à ceux qui en ont besoin.

« Les États membres de l’ONU peuvent et doivent utiliser tous les moyens diplomatiques dont ils disposent pour agir en vue de mettre un terme aux atrocités en Syrie – l’inaction que nous voyons à l’œuvre depuis cinq ans a écrit une page honteuse de l’histoire du Conseil de sécurité.  »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse