ONU. Le remplacement de la haut-commissaire aux droits humains, qui se retire, devra préserver l’indépendance de ce poste


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Réagissant à l’annonce, vendredi 7 mars, selon laquelle Louise Arbour renonce à son poste de haut-commissaire aux droits humains, Amnesty International a salué le travail que cette femme a accompli et a demandé au secrétaire général des Nations unies Ban Ki-Moon de veiller à ce que la personne qui succèdera à Louise Arbour soit de la même envergure internationale et à ce qu’elle ait un parcours reconnu de défense déterminée et indépendante des droits humains.

En tant que haut-commissaire aux droits humains, Louise Arbour a déployé une énergie formidable en faveur de la protection des droits humains, en mettant l’accent sur la nécessité d’appliquer et de faire respecter les obligations découlant du droit international et de mettre en place des dispositifs pour que les auteurs de violations des droits humains soient tenus de rendre des comptes. Pendant son mandat, les ressources du Bureau du haut-commissaire aux droits de l’homme ont été augmentées.

« Dans un environnement mondial où les obstacles à surmonter sont de plus en plus nombreux, le haut-commissaire doit se faire le chantre des droits humains, en faisant preuve de détermination et en parlant sans détour, a déclaré Amnesty International. Le nouveau haut-commissaire doit être un défenseur énergique et indépendant des droits humains ayant une vision claire de l’avenir et la capacité avérée de mobiliser l’ensemble du mouvement de défense des droits de la personne. »

Amnesty International appelle le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, à veiller à ce que la personne qui occupera le poste de haut-commissaire aux droits humains soit sélectionnée dans le cadre d’un processus transparent qui prévoit une véritable consultation de toutes les parties prenantes, y compris la société civile.