Communiqué de presse

Ouganda. Le président Yoweri Museveni n’a plus que trois jours pour opposer son veto au projet de loi contre l’homosexualité

Le président Yoweri Kaguta Museveni doit agir dans les trois jours pour opposer son veto ou amender la proposition de loi contre l’homosexualité adoptée par le Parlement ougandais, afin de barrer l’entrée en vigueur de ce texte draconien et nuisible, a déclaré Amnesty International jeudi 20 février.

« Ce texte de loi profondément offensant est un affront pour les droits humains de tous les Ougandais. Il n’aurait jamais dû parvenir à ce stade, a déclaré Gemma Houldey, chercheuse sur l’Ouganda à Amnesty International.

« Il institutionnalisera la haine et la discrimination à l’égard des lesbiennes, des gays, et des personnes bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI) en Ouganda. Son adoption est un épisode grave dans l’histoire du pays.

« La proposition de loi contre l’homosexualité prévoit des sanctions encore plus lourdes pour les relations sexuelles entre adultes consentants de même sexe, certaines infractions étant passibles de la détention à perpétuité. En outre, elle englobe des infractions telles que la " promotion de l’homosexualité ", ce qui aura des répercussions directes sur les défenseurs des droits humains et les professionnels de santé. Ce texte tourne en dérision les droits inscrits dans la Constitution ougandaise. »

L’Ouganda a fait de grands progrès en matière de droits humains ces dernières années, et a notamment criminalisé la torture, mais ce texte de loi est un grand pas en arrière.

Le président Yoweri Kaguta Museveni a jusqu’au 23 février pour le signer, y opposer son veto ou l’amender. Sans réaction de sa part, la loi sera promulguée par défaut.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Farid et Issa, défenseurs Palestiniens en danger

Farid et Issa militent pour la non-violence et font face à d’incessantes menaces et agressions de la part de soldats et de colons israéliens. Aidez-les ! Signez notre pétition