Oxfamnesty : des centaines de jeunes sensibilisés à la responsabilité des entreprises

Oxfamnesty

Le mercredi 12 février, pour la 17e année consécutive, des centaines de jeunes de groupes-écoles Amnesty et de groupes scolaires Oxfam-Magasins du monde se réuniront à Charleroi pour la Journée Oxfamnesty. Le thème principal de cette journée, intitulée « Business is business, but let’s make it (human) right(s) ! », portera sur la responsabilité sociale et environnementale des entreprises.

« Alors que notre planète étouffe sous la pollution et les déchets, et que les droits humains de millions de personnes sont piétinés chaque jour dans des usines ou des ateliers aux quatre coins du monde, la responsabilité environnementale et sociale des entreprises doit plus que jamais être au centre de l’attention de toutes et tous, expliquent les organisateurs. Dans une atmosphère ludique et propice à l’échange, nos jeunes militant·e·s seront sensibilisé·e·s à cette problématique dont ils et elles devront s’emparer pour relever les défis qui s’imposent à nous tou·te·s et à eux. »

La journée se clôturera par une flashmob géante qui sera filmée par un drone

Tout au long de la journée, Amnesty International et Oxfam-Magasins du monde, en collaboration avec Greenpeace, Entraide et Fraternité, et Achact, ainsi qu’avec des comédien·ne·s et des rappeurs, organiseront des ateliers visant à immerger les participant·e·s au cœur du fonctionnement de diverses entreprises dont l’impact est négatif sur les droits humains et/ou l’environnement. Ces ateliers porteront entre autres sur l’industrie automobile, le secteur de la mode, la production de chocolat ou encore l’extraction de cobalt pour la production de nos smartphones. L’objectif sera également d’amener les jeunes à prendre conscience de leur capacité d’action.

La journée se clôturera par une flashmob géante qui sera filmée par un drone et diffusée sur les réseaux sociaux. L’action consistera pour les jeunes à se disposer en cercle pour former le cadran et les aiguilles d’une horloge, de façon à symboliser le temps qui presse et rappeler aux autorités belges qu’une loi sur la responsabilité sociale et environnementale des entreprises se fait toujours attendre en Belgique.

La section belge francophone d’Amnesty International remettra en fin de journée son « Prix Amnesty Jeunes des droits humains »

Parallèlement, la section belge francophone d’Amnesty International remettra en fin de journée son « Prix Amnesty Jeunes des droits humains », récompensant une personnalité ou un groupe de personnes âgé·e(s) de 35 ans maximum, vivant en Belgique et étant reconnu·e par les jeunes militant·e·s de l’organisation pour la qualité de son action en faveur des droits humains.

Cette année, les nominé·e·s pour ce prix sont Adélaïde Charlier et Anuna De Wever, les deux figures emblématiques du mouvement Youth For Climate Belgium ; le groupe d’étudiants Law Students with Refugees de l’ULB ; Michelle Sequeira, qui a créé une association apportant un soutien aux personnes démunies et sans-abri ; Youna Marette, figure bruxelloise du mouvement des jeunes pour le climat ; Anne-Sarah N’Kuna et Laure Fornier, qui abordent notamment via la chaîne Youtube de Tarmac de nombreuses thématiques liées aux droits humains ; Félicien Bogaerts, chroniqueur radio et télévision sensibilisant aux grandes questions liées au changement climatique ; Fanny Caprasse et Camille Delvoye, deux infirmières qui viennent en aide aux personnes sans-abri à Liège.

Complément d’information

Chaque année depuis 17 ans, la journée Oxfamnesty est l’occasion pour des centaines d’élèves et d’enseignant·e·s engagé·e·s aux côtés d’Amnesty International et d’Oxfam-Magasins du monde de se retrouver autour d’une problématique mobilisant les deux organisations, comme le droit à l’alimentation, la migration ou, dans ce cas, la responsabilité sociale et environnementale des entreprises.

Toutes les infos
Toutes les actions

En Iran, risque élevé de contamination par le COVID-19 dans les prisons !

Amnesty demande la libération de tous les prisonniers et prisonnières d’opinion en Iran : ils risquent leur vie à cause du Covid-19 en prison. Signez la pétition