Communiqué de presse

Pakistan. L’arrestation des agresseurs de Malala doit déboucher sur une meilleure protection des défenseurs des droits humains

L’arrestation vendredi 12 septembre 2014 des auteurs présumés de la tentative d’assassinat contre Malala Yousafzai offre aux autorités pakistanaises une occasion importante d’améliorer leur bilan peu reluisant en matière de protection des défenseurs des droits humains, a déclaré Amnesty International.

« Par ses paroles et ses actes, la courageuse militante des droits à l’éducation Malala Yousafzai a prouvé qu’un stylo pouvait réellement être plus fort qu’une épée  », a déclaré Mustafa Qadri, chercheur d’Amnesty International spécialiste du Pakistan.

« Cependant, les défenseurs des droits humains qui promeuvent les droits des femmes et des filles dans la région de Swat, dont est originaire Malala, et ailleurs dans le pays restent particulièrement exposés aux attaques meurtrières et à d’autres violences de la part des talibans et d’autres groupes, en grande partie parce que les autorités continuent de ne pas demander de comptes aux auteurs de ces actes.
 »

« Les défenseurs des droits humains jouent un rôle essentiel dans la promotion des droits de tous au sein de la société pakistanaise. À l’heure où le monde entier a les yeux tournés vers lui, le Pakistan doit absolument saisir cette occasion de prouver son engagement en faveur des droits humains, de la justice et de l’état de droit. »

L’armée pakistanaise a annoncé le 12 septembre 2014 que 10 membres du Mouvement des talibans pakistanais soupçonnés d’avoir participé à l’attaque de 2012 contre Malala Yousafzai avaient été arrêtés.

« Ces hommes doivent être traités de façon humaine en toutes circonstances. S’il existe des preuves crédibles et recevables à leur encontre, ils doivent être jugés dans le cadre d’une procédure conforme aux normes internationales d’équité et excluant le recours à la peine capitale », a déclaré Mustafa Qadri.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées