Communiqué de presse

Pakistan. L’attaque ayant visé des musulmans chiites ismaéliens à Karachi est le fruit du climat d’impunité régnant dans le pays

L’homicide d’une quarantaine de musulmans chiites ismaéliens à Karachi est une atrocité de plus dans le cadre d’une campagne de violence motivée par l’intolérance religieuse qui a amené les minorités à craindre pour leur vie au Pakistan, tandis que les extrémistes agissent en toute impunité, a déclaré Amnesty International.

Cette attaque contre un bus transportant des Ismaéliens, revendiquée par le groupe des Joundallah, met en évidence le risque constant de violence, ainsi que la réticence des autorités à poursuivre les agresseurs et à protéger les minorités religieuses.

« Nous déplorons cette attaque injustifiée et la perte tragique de vies qu’elle a causée », a déclaré David Griffiths, directeur adjoint du programme Asie-Pacifique d’Amnesty International.

« Si les attaques contre les Ismaéliens sont rares, les attentats perpétrés par les Joundallah sont quant à eux fréquents. Ces extrémistes ont revendiqué de nombreux homicides, notamment un attentat contre une église à Peshawar en 2013 qui a coûté la vie à plus de 80 chrétiens. Aucune de ces attaques n’a donné lieu à une enquête ni à des poursuites rigoureuses et transparentes. »

« Si cet attentat est alarmant, il est le produit d’un climat d’impunité tout aussi alarmant. Nous exhortons les autorités pakistanaises à traduire en justice les auteurs de violences commises au nom de la religion, dans le cas présent comme dans de nombreuses affaires précédentes, dans le cadre de procédures équitables et sans que la peine de mort ne soit requise. La complaisance des autorités ne fera qu’encourager de nouvelles attaques. »

Au moins 43 personnes ont été tuées lors d’une attaque à main armée contre un bus transportant des musulmans chiites ismaéliens. La police a indiqué que 13 autres personnes ont été blessées.

Les agresseurs ont tiré à l’aveugle sur les passagers du bus avant de s’échapper. Le gouvernement pakistanais a promis une enquête sur ces homicides.

Le Joundallah, une branche des talibans pakistanais, a récemment prêté allégeance au groupe armé se désignant sous le nom d’État islamique. Ce groupe aurait menacé de mener d’autres attaques contre les minorités religieuses.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.