Papouasie-Nouvelle-Guinée. L’enquête sur le comportement de la police à Porgera doit être impartiale

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ÉFAI-4 février 2010

Ce jeudi 4 février 2010, après avoir pris connaissance dans les médias des propos du commissaire de la police de Papouasie-Nouvelle-Guinée niant toute faute de la part des policiers, Amnesty International a émis des doutes sur l’impartialité de l’enquête policière proposée au sujet des expulsions forcées qui auraient eu lieu autour de la mine d’or de Porgera.

« Il est indispensable que cette enquête soit transparente, efficace, impartiale et indépendante, et que ses conclusions s’appuient clairement sur les éléments de preuve, a déclaré Shanta Martin, spécialiste des liens entre activités extractives et droits humains à Amnesty International. L’enquête ne doit pas être ouverte avec l’objectif préétabli de blanchir la police. »

Le 4 février 2010, les médias ont relaté des propos du commissaire de la police de Papouasie-Nouvelle-Guinée, Gari Baki, dans lesquels il envisageait d’ordonner l’ouverture d’une enquête policière afin de démentir les accusations de violences policières contre les habitants de Porgera. Le commissaire aurait estimé que les preuves des violences policières et des expulsions illégales de villageois vivant à proximité de la mine d’or de Porgera avaient été « forgées de toutes pièces ».

Contexte

Le 2 février 2010, Amnesty International a lancé un rapport intitulé Undermining Rights : Forced evictions and police brutality around the Porgera gold mine, Papua New Guinea, qui dénonce les violences policières et les expulsions forcées dont ont été victimes des familles vivant aux alentours de la mine d’or de Porgera.
L’organisation déplore également le soutien que les entreprises qui exploitent la mine ont continué d’apporter à la police après avoir appris comment elle s’était comportée dans la région. La mine de Porgera est exploitée et détenue à 95 % par des filiales de la plus grande compagnie d’extraction d’or au monde, la compagnie canadienne Barrick Gold Corporation, dans le cadre de la société Porgera Joint Venture (PJV).

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse