PÉROU et JAPON : Alberto Fujimori doit être jugé pour violations des droits humains

Index AI : AMR 46/010/02

" Les autorités japonaises doivent apporter leur collaboration pour que justice soit rendue en ce qui concerne les violations manifestes des droits humains - y compris des crimes contre l’humanité - qui ont été commises sous le régime d’Alberto Fujimori. " Tels ont été les propos d’Amnesty International alors que le gouvernement péruvien annonçait qu’il avait décidé de demander l’extradition de l’ancien président péruvien, actuellement en exil au Japon.

" Les milliers de victimes des violations commises au Pérou alors qu’Alberto Fujimori présidait le pays sont en droit d’obtenir justice " a déclaré l’organisation. Les violations des droits humains – actes de torture, " disparitions ", homicides à caractère politique, notamment – étaient monnaie courante lors des dix années de présidence d’Alberto Fujimori (1990-2000) ; dans certains cas, ces violations systématiques s’apparentaient à des crimes contre l’humanité.

" Le gouvernement japonais ne peut pas – et ne doit pas – se dérober à l’obligation qu’il a de coopérer en vue qu’Alberto Fujimori soit déféré à la justice ", a ajouté Amnesty International. L’organisation a demandé aux autorités japonaises d’extrader l’ancien président du Pérou ou d’ouvrir une enquête sur sa responsabilité en ce qui concerne les violations des droits humains perpétrées alors qu’il était à la tête du pays.

" La comparution en justice d’Alberto Fujimori pour les violations manifestes des droits humains commises alors qu’il présidait le Pérou permettrait de faire savoir clairement et sans équivoque que personne n’est au-dessus de la loi, et que les droits fondamentaux ne peuvent pas être impunément bafoués ", a conclu l’organisation de défense des droits humains.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse