PÉROU : Le recours aux juridictions militaires met en danger le droit à ce que justice soit rendue

Index AI : AMR 46/014/02

Amnesty International a insisté aujourd’hui (mardi 24 septembre) sur la nécessité de déférer devant des tribunaux civils les auteurs d’infractions constituant des violations des droits humains.

L’organisation réagissait aux informations selon lesquelles c’est à une juridiction militaire qu’a été confié l’examen de la sentence prononcée contre deux anciens agents des services de renseignements péruviens accusés d’avoir torturé Leonor La Rosa en 1997.

" On observe au Pérou une tendance regrettable et dangereuse à recourir aux juridictions militaires pour juger des faits constituant de toute évidence des violations des droits humains ", a souligné Amnesty International en rappelant qu’en août dernier la Cour suprême péruvienne avait reconnu la compétence de la justice militaire dans l’affaire Chavín de Huántar.

" Cette pratique est contraire au droit international qui dispose sans équivoque que les violations des droits humains, y compris celles commises par les membres des forces armées, doivent être jugées par les tribunaux civils ", a poursuivi l’organisation.

" Le manque d’impartialité et d’indépendance des tribunaux militaires lorsqu’ils sont amenés à juger des membres des forces armées accusés de violations des droits humains risque de priver les victimes et leurs proches de leur droit inaliénable à connaître la vérité et à obtenir justice ", a conclu Amnesty International.

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.