Pérou. Santé et mortalité maternelles –Exemples de cas

EFAI
9 juillet 2009


JOSÉ MENESES SALAZAR

José Meneses Salazar, vingt-quatre ans, de San Juan de Ccarhuacc, dans la province de Huancavelica, est l’aîné de neuf enfants. Il a expliqué à Amnesty International que sa mère était morte en couches en 1999 quand il avait quinze ans. Elle n’avait pas voulu se rendre au centre de santé pour des examens de contrôle parce qu’elle craignait que le personnel ne la traite pas bien. Lorsque le travail a commencé, la sage-femme du centre de santé de San Juan de Ccarhuacc était en congé si bien que le père de José et des proches ont aidé à l’accouchement. Cependant, après la naissance du bébé, il n’y a pas eu expulsion du placenta et personne ne savait ce qu’il fallait faire. Deux heures plus tard, sa mère décédait. Le bébé, une petite fille, a survécu.

José a décrit l’impact énorme qu’a eu sur sa famille la mort de sa mère. Son père a fini par abandonner le foyer familial. Après la mort de sa mère et le départ de son père, José a dû assumer la responsabilité de chef de famille et s’occuper de leur lopin de terre. Il a dû abandonner ses études. Sa sœur a également quitté l’école pour l’aider. De ce fait, elle sait à peine lire et écrire.

José vit à présent avec trois de ses jeunes frères et sœurs, son épouse et leurs deux jeunes fils. Du fait de ce qui est arrivé à sa mère, il a encouragé son épouse à se rendre aux contrôles médicaux pendant ses grossesses et l’a conduit à la maternité avant la naissance de ses enfants. Il a déclaré à Amnesty International que le centre de santé manquait désespérément de personnel et d’équipement, notamment d’un scanner qui permettrait de voir si le foetus se développe normalement et de prévoir avec plus de précisions la date de l’accouchement. Il espère obtenir que des personnels de santé soient affectés de façon permanente à leur secteur. Il espère également que des dispositions seront prises pour améliorer le transfert des femmes vers d’autres centres de santé en cas d’urgence.

YOLANDA SOLIER TAIPE

Yolanda Solier Taipe, trente-trois ans, est enceinte de son septième enfant. Elle vit à une heure environ du centre de santé de Ccharchuacc, le chemin pour arriver chez elle ne peut être emprunté par une voiture.

« Le plus gros problème que je rencontre, c’est la distance entre chez moi et le centre de santé. Je dois prendre un chemin qui monte dans la montagne pour aller faire les examens de contrôle pour ma grossesse. Une autre difficulté, c’est que je ne peux pas marcher vite... ; c’est mon problème, et aussi le fait que ma maison ne soit pas près de la route ce qui m’oblige à marcher beaucoup. Je vous demanderais de nous apporter votre soutien pour la construction de routes et de transmettre cette requête à nos autorités.

« [...] Mes autres enfants sont nés à la maternité, tous. J’ai marché jusque là-bas, mais une fois sur place, on n’a rien ; pas de nourriture et nulle part pour faire à manger ; on ne peut pas rester non plus ; celles d’entre nous qui viennent de loin... c’est seulement pour accoucher, sans soin d’aucune sorte après la naissance. »

ROSA QUICHCA VARGAS

Rosa Quichca Vargas, vingt-quatre ans, est enceinte de son cinquième enfant – deux de ses enfants sont morts, l’un à la naissance et l’autre quelques jours après sa naissance, peut-être de pneumonie. Elle vit à presque une heure de marche du centre de santé de Ccarhuac ; aucun véhicule, à part peut-être une moto, ne peut emprunter la route qui mène chez elle.

« La première fois, elle [la femme médecin] n’a pas compris ce que je lui disais. Je suis revenue plus tard et c’était pareil, elle ne comprenait pas. La troisième fois, elle m’a demandée ma carte du planning familial et je suis revenue avec... Je ne pouvais pas lui parler... Quand je suis retournée la voir avec mon mari, il lui a fait comprendre que j’étais enceinte

« Ça nous fait peur quand on nous parle en espagnol et qu’on ne peut pas répondre... Je commence à transpirer de peur et je ne sais pas parler espagnol... qu’est-ce que je vais répondre si je ne comprends pas l’espagnol ? Ce serait bien s’ils pouvaient parler quechua. Mon mari, quand il va à Lima, il me laisse avec les gens qui font les campagnes de santé pour qu’ils puissent m’accompagner. Ils m’emmènent aux contrôles et ils parlent au médecin. »

Pour obtenir une copie du rapport Fatal Flaws : Barriers to Maternal Health in Peru, consulter le site http://www.amnesty.org/en/library/info/AMR46/008/2009/en

Un dossier à l’attention des médias, comprenant des faits et chiffres, des études de cas et des photos est disponible sur le site
http://www.amnestyinternational.be/doc/article14974.html

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.