La pétition lancée par Amnesty pour demander un cessez-le-feu recueille plus d’un million de signatures

Plus d’un million de personnes à travers le monde ont signé la pétition lancée par Amnesty International pour demander un cessez-le-feu immédiat afin que cesse l’escalade sans précédent des hostilités à Gaza et en Israël qui a débuté le 7 octobre 2023.

« Le monde assiste horrifié à cette catastrophe sans précédent où chaque jour qui passe, dans la bande de Gaza occupée des civil·e·s de plus en plus nombreux perdent la vie sous les bombardements incessants et lors des opérations au sol menées par l’État israélien. Plus de 10 800 Palestinien·ne·s ont été tués à Gaza, notamment au moins 4 200 enfants, au cours des quatre dernières semaines. En Israël, au moins 1 400 personnes ont été tuées et plus de 200, dont 33 enfants, ont été prises en otages par le Hamas et d’autres groupes armés le 7 octobre, a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice générale de la recherche, du plaidoyer, des politiques et du travail de campagne à Amnesty International.

« L’intensification par Israël du blocus illégal auquel il soumet Gaza prive deux millions de personnes d’eau potable, de nourriture, de produits médicaux et de carburant, ce qui entraîne l’effondrement du système de santé alors que le nombre de personnes blessées dépasse les 25 000. Au moins 1,5 million d’habitant·e·s de la bande de Gaza ont subi un déplacement forcé à cause des attaques et parce que l’armée israélienne leur a ordonné de partir pour le sud de la bande de Gaza.

« Scandalisés par les terribles violences subies par la population civile, des membres et sympathisant·e·s d’Amnesty International dans le monde entier ont demandé, en signant notre pétition réclamant un cessez-le-feu immédiat de la part de toutes les parties au conflit, que tous les civil·e·s en danger soient protégés. Des centaines de milliers de personnes à travers le monde continuent de manifester pour demander un cessez-le-feu, mais la communauté internationale ne tient aucun compte de leurs appels alors que les parties au conflit continuent d’afficher un mépris total pour la vie des civil·e·s. »

« Les autorités israéliennes continuent de déshumaniser les Palestinien·ne·s dans leur narratif, alors que les forces israéliennes bombardent des camps de personnes réfugiées densément peuplés, des hôpitaux, des écoles tenues par l’ONU, des boulangeries, des mosquées et des églises, des routes et les logements de civil·e·s, éliminant ainsi des familles entières. Les otages civils détenus par le Hamas et d’autres groupes armés à Gaza sont toujours en danger, et les tirs aveugles de roquettes visant Israël continuent de menacer la population civile.

« Il n’y a qu’un seul moyen d’empêcher que d’autres civil·e·s ne soient tués et de permettre aux personnes qui en ont cruellement besoin dans Gaza de recevoir l’aide indispensable : les États doivent agir sans plus tarder pour demander la mise en place d’un cessez-le-feu immédiat de la part de toutes les parties au conflit dans la bande de Gaza occupée »

« Depuis plus d’un mois, la communauté internationale s’abstient de prendre les mesures nécessaires pour faire cesser les effusions de sang, les destructions et les terribles souffrances infligées à la population civile dans Gaza. Son attitude est totalement honteuse. Au lieu de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour que cessent les violences, des États continuent d’armer les parties au conflit en leur fournissant des armements utilisés pour commettre des violations flagrantes des droits humains.

« Il n’y a qu’un seul moyen d’empêcher que d’autres civil·e·s ne soient tués et de permettre aux personnes qui en ont cruellement besoin dans Gaza de recevoir l’aide indispensable : les États doivent agir sans plus tarder pour demander la mise en place d’un cessez-le-feu immédiat de la part de toutes les parties au conflit dans la bande de Gaza occupée. Un cessez-le-feu permettrait également d’obtenir la libération des otages et de mener des enquêtes internationales indépendantes sur les crimes de guerre perpétrés par toutes les parties, afin de mettre un terme à l’impunité persistante. Enfin, il est essentiel, pour mettre fin au cycle des atrocités récurrentes, que toutes les victimes obtiennent justice et réparation et que le solide système d’apartheid infligé par Israël aux Palestinien·ne·s soit démantelé. »

Complément d’information

Amnesty International a réuni des informations prouvant que toutes les parties au conflit ont commis des violations du droit international, notamment des crimes de guerre.

Israël a réagi, face aux terribles attaques commises par le Hamas et d’autres groupes armés le 7 octobre, en lançant une campagne de bombardement dévastatrice sur Gaza, notamment avec des attaques aveugles illégales, et en intensifiant le blocus illégal auquel elle soumet Gaza depuis 16 ans.

Toutes les infos
Toutes les actions
2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit