Philippines. La présidente Arroyo doit veiller à la crédibilité de la commission chargée d’enquêter sur les assassinats politiques

AMNESTY INTERNATIONAL
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ASA 35/011/2006

(Londres) Lors d’un entretien avec Gloria Arroyo ce jeudi 14 septembre, Irene Khan, secrétaire générale d’Amnesty International, a instamment demandé à la présidente des Philippines de veiller à ce que l’enquête de la commission Melo sur les assassinats politiques soit menée de manière transparente et en toute indépendance ; elle lui a également demandé de veiller à ce qu’obligation soit faite aux auteurs de ces crimes de rendre compte de leurs actes, et à ce que justice soit rendue aux victimes. Cette rencontre intervenait après la publication, en août, d’un rapport d’Amnesty International sur ces assassinats politiques.

Au cours du dialogue, qui a été franc et constructif, Irene Khan a salué la décision de la présidente Arroyo de mettre en place la commission Melo, chargée d’enquêter sur les assassinats politiques. Elle a appelé la présidente à s’attacher, avec la même détermination que celle qui a permis l’abolition de la peine de mort aux Philippines en juin de cette année, à mettre fin aux assassinats politiques et à renforcer l’administration de la justice.

Irene Khan a communiqué à la présidente une note rappelant les directives internationales relatives aux commissions d’enquête. Elle a souligné la nécessité, pour la commission Melo, d’adhérer à ces principes afin de gagner en crédibilité et de bénéficier du soutien de toutes les parties pour pouvoir mener à bien sa tâche de manière efficace et en toute indépendance.

« La commission Melo doit être indépendante et perçue comme telle par le gouvernement. Pour qu’il en soit ainsi, elle doit pouvoir faire appel à ses propres enquêteurs indépendants lorsque cela est nécessaire, a déclaré Irene Khan.

« La commission devra aborder sa mission en se plaçant du côté des victimes, la justice rendue aux victimes étant primordiale.

« Les actes d’intimidation et de violence sont toujours un problème bien réel, et les témoins ne parleront pas tant qu’ils auront peur pour leur vie. Le gouvernement doit leur fournir une protection effective : les familles des victimes, les témoins et toutes les personnes impliquées doivent être protégés », a déclaré Irene Khan.

Elle a conclu : « L’efficacité d’une commission d’enquête se mesure en dernier ressort aux changements à long terme qu’elle contribue à apporter. La commission Melo doit proposer des réformes susceptibles d’empêcher que ne se reproduisent les atteintes passées aux droits humains, même si cela signifie réformer les lois et les pratiques institutionnelles et renforcer le système judiciaire.

« La commission Melo ne doit pas avoir peur de faire des recommandations sévères pour mettre un terme aux assassinats politiques une fois pour toutes, ce qui permettrait de remettre sur pied le processus de paix entre le gouvernement et les communistes, en prenant comme base le respect des droits humains par les deux parties. »

Voir :
Note Memorandum (index AI : ASA 35/010/2006 ; http://web.amnesty.org/library/index/engasa350102006)
Rapport d’Amnesty International sur les assassinats politiques (index AI : ASA 35/006/2006 ; http://web.amnesty.org/library/index/engasa350062006)

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse