Pologne : Des manifestations pour protester contre de nouvelles restrictions à l’avortement

Des dizaines de milliers de manifestants sont attendus dans plus de 40 villes en Pologne le 17 janvier 2018, à la suite de la décision du Parlement la semaine dernière d’examiner un projet de loi qui restreint l’accès à l’avortement.

Ces rassemblements rappellent la mobilisation massive il y a plus d’un an, surnommée la « manifestation noire », qui avait contraint le gouvernement à un revirement historique sur un projet d’interdiction de l’avortement.

« Avec la victoire de la manifestation noire encore bien présente dans les esprits, les femmes en Pologne vont redescendre dans les rues, unies contre des propositions qui les priveraient de leurs droits et mettraient leur santé en danger, a déclaré Monica Costa Riba, chargée de campagne sur les droits des femmes pour l’Europe à Amnesty International.

« La Pologne a déjà l’une des lois les plus restrictives d’Europe en matière d’avortement et de nouvelles restrictions constitueraient un dangereux pas en arrière. Les décisions concernant le corps et la santé des femmes doivent être prises par les femmes elles-mêmes et non par la classe politique. »

Complément d’information

Le 11 janvier, la chambre basse du Parlement polonais a voté le renvoi devant une commission pour examen complémentaire d’une nouvelle modification législative qui limiterait l’accès à l’avortement. Cette proposition suggère de supprimer l’un des trois motifs d’avortement autorisés dans le droit polonais, à savoir l’existence de malformations graves ou mortelles du fœtus.

Les statistiques officielles montrent que la plupart des avortements en Pologne sont pratiqués pour ce motif. Un durcissement de la législation contraindrait les femmes à mener à terme des grossesses non viables, mettrait en danger leur santé physique et mentale et les obligerait à donner naissance à des enfants qui n’auraient souvent aucune chance de survie.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

USA/Mexique : un accord risque de mettre des milliers de vies en danger

Les États-Unis et le Mexique envisagent de reconnaître ce dernier comme « pays tiers sûr » et empêcher ainsi tous demandeurs d’asile de demander protection aux États-Unis. Signez notre pétition