Les Rohingyas qui se sont réfugiés au Bangladesh ne sont pas encore remis du traumatisme qu’ils ont vécu au Myanmar. Ahmer Khan s’est rendu à Cox’s Bazar pour les photographier avec l’objet le plus cher à leurs yeux qui les a accompagnés dans leur fuite éperdue, écrit Saad Hammadi.

En novembre dernier, lorsque la rumeur d’un possible retour de quelques milliers de réfugiés rohingyas s’est répandue, des centaines d’entre eux ont cherché un refuge dans d’autres camps de Cox’s Bazar afin d’échapper à un retour forcé et de ne pas être identifiés.

Dans les camps surpeuplés du sous-district d’Ukhiya dans la région de Cox’s Bazar, nombreux sont les réfugiés rohingyas encore sous le choc du traumatisme vécu au Myanmar. Le souvenir de leur fuite douloureuse les tourmente toujours.

Amina Khatoon, 40 ans, a soutenu sa mère souffrante au moyen d’une tige de bambou coupée en deux et d’un tissu. Sa mère est décédée avant d’arriver au Bangladesh. Cette tige de bambou est tout ce qu’il lui reste en souvenir d’elle.

Lors de cet exode brutal, certains n’ont emporté qu’une copie du Coran, d’autres leur carte d’identité.

D’autres encore ont emporté des objets essentiels, tels qu’une casserole ou une canne, comme celle grâce à laquelle Naseema Khatoon, centenaire, a accompli le dur périple.

JPEG - 1 Mo
Des milliers de Rohingyas en fuite vers le Bangladesh. © Adam Dean/Panos

Rohingyas sauvés des flammes (part1)

L’armée du Myanmar doit répondre de ses actes

Signez

Dans la région d’Ukhiya, certains sont restés bloqués des jours dans les forêts de part et d’autre de l’autoroute. Ils ont finalement réussi à se faire une place dans les camps déjà surpeuplés de Balukhali et de Kutupalong. Les réfugiés se sont contentés des plus minuscules parcelles qu’ils ont pu trouver pour dormir dans les camps délabrés s’étendant sur les pentes boueuses des collines.

Les habitations de fortune faites de bâches et de tiges de bambou constituent des abris temporaires de 5 à 10 mètres carrés pour des familles rohingyas de quatre à 10 personnes.

La densité est très élevée dans les camps, avec 60 000 à 95 000 personnes au kilomètre carré. Elle est même supérieure à celle des villes les plus densément peuplées du monde. Près d’un million de réfugiés rohingyas se trouvent dans les camps qui s’étendent sur environ 25 kilomètres carrés. Les camps proches de Cox’s Bazar constituent le plus grand camp de réfugiés au monde.

Bien que confronté à des défis économiques et démographiques, le Bangladesh a généreusement ouvert un accès à son territoire à un nombre conséquent de réfugiés. Il s’agit d’un pays à faible revenu qui compte parmi les plus densément peuplés au monde. Pour trouver de l’espace pour les réfugiés, les autorités ont abattu des forêts sur les collines de Cox’s Bazar.

La Cour pénale internationale a ouvert un examen préliminaire sur les déportations des centaines de milliers de réfugiés rohingyas du Myanmar vers le Bangladesh.

Il est indispensable que les organes internationaux poursuivent leurs efforts afin d’amener les auteurs des crimes à l’encontre des Rohingyas au Myanmar à rendre des comptes.

En attendant, tant que les conditions ne sont pas réunies pour garantir un retour sûr, digne et durable pour les réfugiés rohingyas, la communauté internationale doit partager la responsabilité de leur sort.

Les pays doivent fournir une aide financière et technique au Bangladesh afin de répondre à la crise, mais ils doivent également envisager une réinstallation des Rohingyas dans des pays tiers sûrs dans l’éventualité où la situation de crise perdurerait, et les enquêtes et les procédures judiciaires pour les Rohingyas prendraient du temps, rendant tout retour prématuré et trop dangereux.

LES RÉFUGIÉS QUI SONT PARVENUS AU BANGLADESH SONT NOMBREUX À CONSERVER LEURS PLUS PETITES POSSESSIONS PRÈS DU CŒUR.

JPEG - 1 Mo
Un camp de réfugiés rohingyas au Bangladesh

LORS DE CET EXODE BRUTAL, CERTAINS N’ONT EMPORTÉ QU’UNE COPIE DU CORAN, D’AUTRES LEUR CARTE D’IDENTITÉ.

Rohingyas sauvés des flammes (part2)

Toutes les infos
Toutes les actions

Hong Kong : gazés, agressés et arrêtés pour avoir manifesté

Violences policières lors de manifestations à Hong Kong. Amnesty estime qu’il s’agit de violation du droit international. Signez notre pétition !