Qatar. 15 ans de prison pour un poème

Le maintien en détention du poète Mohammed al Ajami, connu sous le nom d’Ibn al Dheeb, illustre le mépris du gouvernement qatarien pour la liberté d’expression, a déclaré Amnesty International mercredi 11 novembre en prévision du quatrième anniversaire de son arrestation.

Le gouvernement a appréhendé le poète qatarien le 16 novembre 2011 pour avoir composé et récité un poème considéré comme critique à l’égard de la famille dirigeante du pays. Il purge actuellement une peine de 15 ans de prison, confirmée à l’issue d’un procès inique.

« Il est absurde que Mohammed al Ajami languisse en prison depuis bientôt quatre ans pour avoir récité un poème qui n’a pas incité à la violence. Son placement arbitraire en détention et la peine de 15 années de prison à laquelle il a été condamné résultent de l’incapacité des autorités qatariennes à tolérer la critique et de leur mépris pour le droit à la liberté d’expression », a déclaré James Lynch, directeur adjoint du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

« Le Qatar est désireux de projeter à l’échelle internationale l’image d’un pays qui respecte les droits humains et s’ouvre aux arts. Chaque jour que Mohammed al Ajami passe derrière les barreaux, cette affirmation devient plus creuse. »

Le 24 août 2010, Mohammed al Ajami a récité un poème nabati à un groupe de personnes dans son appartement du Caire, en Égypte, où il étudiait la littérature arabe à l’époque. À son insu, un des membres du groupe l’a filmé et a mis la vidéo en ligne sur Youtube, où elle a connu une large diffusion. Cela a mené à son arrestation et son incarcération le 16 novembre 2011.

Il a dans un premier temps été condamné à la réclusion à perpétuité le 29 novembre 2012. Le 22 février 2013, une cour d’appel a ramené sa peine à 15 ans de prison.

Amnesty International considère Mohammed al Ajami comme un prisonnier d’opinion, détenu uniquement pour avoir exercé sans violence son droit à la liberté d’expression. L’organisation demande sa libération immédiate et inconditionnelle, et l’annulation de sa condamnation.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse