Amnesty International en Thailande

Amnesty International a annoncé le 8 mars 2016 que Rafendi Djamin, militant des droits humains bien connu de la région, dirigera son nouveau Bureau régional pour l’Asie du Sud-Est, à Bangkok.

Sa nomination intervient alors que la principale organisation de défense des droits humains dans le monde s’apprête à élargir son travail grâce au nouveau bureau installé à Bangkok, concrétisant ainsi sa volonté d’accroître l’impact de son action en faveur des droits humains dans la région.

« Nous sommes ravis d’annoncer que Rafendi Djamin contribuera à conduire notre travail en Asie du Sud-Est, dans une période marquée par un durcissement de la répression de la liberté d’expression et des tensions ethniques et religieuses, et dans un climat de plus en plus répressif envers les militants, a déclaré Minar Pimple, directeur général des opérations mondiales.

« Militant dans l’âme, il a passé 30 ans à lutter en faveur de la justice sociale dans la région. Il apporte la richesse de son expérience et sa vision, qui seront cruciales pour combattre les nombreuses violations des droits humains. »

Il y a peu, Rafendi Djamin était délégué de l’Indonésie à la Commission intergouvernementale des droits de l’homme (AICHR) de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), seul mécanisme régional des droits humains en Asie-Pacifique.

Il fut également directeur exécutif d’une coalition d’ONG indonésiennes de défense des droits humains. Il tire une expérience solide de son travail pour des organisations non gouvernementales aux Pays-Bas et en Indonésie, et siège au conseil de plusieurs organisations nationales et internationales de défense des droits – notamment le Centre pour les droits civils et politiques (CCPR).

L’Asie du Sud-Est est une priorité majeure pour Amnesty International, qui cherche à se rapprocher du terrain en ouvrant son nouveau bureau à Bangkok. Il comptera en son sein des spécialistes de divers domaines – recherches, actions de plaidoyer, travail de campagne et communication – pour cette région du monde comme pour chacun des pays qui la composent.

« La présence d’un bureau d’Amnesty International en Asie du Sud-Est est plus que jamais nécessaire. C’est une région où de nombreuses personnes sont aux prises avec les mêmes problèmes en matière de droits fondamentaux, et pourtant il n’existe pas de véritable organisme commun dédié à la défense de ces droits. De nombreux pays ne disposent pas d’une institution nationale indépendante et crédible. Je suis enthousiaste à l’idée de conduire le travail d’Amnesty International dans la région en cette période cruciale  », a déclaré Rafendi Djamin.

Amnesty International continue de consolider son travail en Asie : elle a déjà ouvert un bureau à Hong Kong pour l’Asie de l’Est et souhaite établir une présence en Asie du Sud au cours de l’année prochaine.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse