République du Congo. Force excessive des forces de sécurité contre des manifestants

Les forces de sécurité en République du Congo doivent s’abstenir de recourir à une force excessive contre les manifestants, a déclaré Amnesty International mardi 20 octobre 2015.

Cinq personnes auraient été tuées ; selon certaines informations, la police aurait tiré à balles réelles sur des manifestants rassemblés pour protester contre les projets de modification de la Constitution à l’approche du référendum du 25 octobre.

« La réponse brutale des forces de sécurité bafoue les droits des manifestants à la liberté d’expression et de réunion pacifique, et risque d’embraser une situation déjà tendue, a déclaré Ilaria Allegrozzi, chercheuse sur l’Afrique centrale à Amnesty International.

« L’usage de la force et la mort de manifestants doivent faire l’objet d’une enquête indépendante, impartiale et efficace, et si des éléments laissent présumer des responsabilités pénales, les personnes concernées doivent être déférées à la justice. »

La liberté des médias est également menacée : des services d’Internet mobile et de message texte, et le signal de certaines stations de radio sont coupés à Brazzaville.

« Couper les réseaux de communication et les signaux radio constitue une attaque injustifiée contre la liberté des médias, a déclaré Ilaria Allegrozzi.

« Les autorités doivent veiller à ce que les journalistes puissent faire leur travail sans crainte et sans subir de manœuvres d’intimidation ni de harcèlement. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.