République tchèque. Non aux agressions racistes

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Les autorités tchèques doivent immédiatement faire barrage à la montée des agressions verbales et physiques que des groupes d’extrême droite infligent aux membres de la communauté rom et poursuivre en justice ceux qui enfreignent la loi, a affirmé Amnesty International ce mardi 18 novembre 2008.

Lors d’un rassemblement dans la ville de Litvínov le 17 novembre, des manifestants associés au Parti des travailleurs, mouvement tchèque d’extrême droite, ont scandé des slogans hostiles aux Roms. Selon des articles de presse, après la manifestation, ils ont tenté de se rendre dans le quartier majoritairement rom de la ville, armés de pierres, de pétards et de cocktails Molotov, dans l’intention d’attaquer la communauté rom. Quelque 500 manifestants se sont heurtés aux forces de police qui se sont interposées afin d’éviter toute attaque contre les Roms. Au moins 12 personnes auraient été interpellées.

Selon certaines informations, le Parti des travailleurs avait déjà tenté d’organiser une manifestation similaire contre les Roms à Litvínov le 18 octobre, mais le maire de la ville l’avait interdite.

Les appels à la haine et les agressions racistes sont inacceptables et contraires à la loi. Le gouvernement et les politiciens tchèques doivent condamner avec la plus grande fermeté ces comportements hostiles à une partie de la société tchèque , a indiqué David Diaz-Jogeix, directeur adjoint du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Farid et Issa, défenseurs Palestiniens en danger

Farid et Issa militent pour la non-violence et font face à d’incessantes menaces et agressions de la part de soldats et de colons israéliens. Aidez-les ! Signez notre pétition