Royaume-Uni, J. Assange ne doit pas être extradé vers les États-Unis

Une audience doit être consacrée à la demande d’extradition du 21 octobre 2019 devant le tribunal de première instance de Westminster.

« Le gouvernement britannique doit reconnaître le risque réel de subir de graves violations des droits humains qu’encourt Julian Assange s’il est envoyé aux États-Unis et doit rejeter la demande d’extradition. Le Royaume-Uni doit respecter l’engagement qu’il avait pris précédemment de ne pas renvoyer Julian Assange dans un pays où il risquerait de subir des actes de torture ou d’autres mauvais traitements  », a déclaré Massimo Moratti, directeur adjoint pour l’Europe à Amnesty International.

« Le Royaume-Uni doit s’acquitter de ses obligations découlant du droit international relatif aux droits humains, qui interdisent de transférer une personne vers un pays où elle risque de subir de graves violations des droits humains. Si Julian Assange était extradé ou transféré de toute autre manière vers les États-Unis, le Royaume-Uni bafouerait ces obligations. »

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des hostilités entre Israël, le Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civil·e·s. Le nombre de victimes et l’ampleur des (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit