ROYAUME-UNI : Affaire Patrick Finucane

Index AI : EUR 45/007/02

Depuis le début des années 90, Amnesty International et d’autres organisations non gouvernementales (ONG) demandent qu’une enquête judiciaire soit menée en toute transparence sur le meurtre de Patrick Finucane, avocat spécialisé dans la défense des droits humains en Irlande du Nord, qui a été abattu en février 1989 par des paramilitaires loyalistes.

Presque immédiatement après sa mort, Amnesty International a commencé à recueillir des allégations selon lesquelles le meurtre de Patrick Finucane avait été commis avec la complicité d’agents de l’État. Depuis lors, il a été affirmé que le MI5 (le service de contre-espionnage militaire britannique), la Special Branch (section spéciale chargée d’une mission de renseignements) de la police d’Irlande du Nord – qui s’appelait encore à l’époque la Royal Ulster Constabulary (RUC) – et une unité secrète des services de renseignements militaires étaient tous impliqués dans cet homicide. La question de savoir dans quelle mesure le ministère chargé de l’Irlande du Nord et les membres du gouvernement étaient informés des opérations de ces divers services de renseignements a également été posée.

Sir John Stevens, qui avait été précédemment chargé de deux enquêtes sur des allégations de complicité entre loyalistes et agents de l’État, a été rappelé en Irlande du Nord pour la troisième fois en avril 1999, afin de mener des investigations sur le meurtre de Patrick Finucane et d’autres questions de complicité connexes (cette enquête est connue sous le nom d’enquête « Stevens 3 »).

Amnesty International croit savoir que Sir John Stevens est sur le point de remettre son rapport. L’organisation appelle donc de nouveau les autorités à rendre public ce document dans son intégralité.

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.