Communiqué de presse

Royaume-Uni. Il faut une enquête globale sur les atteintes aux droits humains commises en Irak

Les conclusions de l’enquête Al Sweady rendues publiques à Londres mercredi 17 décembre sur les allégations selon lesquelles des soldats britanniques auraient maltraité neuf détenus irakiens après des affrontements qui se sont déroulés près de la ville de Majar al Kabir dans le sud de l’Irak, en 2004, soulignent la nécessité de mener une enquête globale sur les atteintes aux droits humains commises par les forces armées britanniques dans le pays, a déclaré Amnesty International.

« L’enquête Al Sweady illustre le fait qu’une enquête sur les allégations d’un petit groupe de personnes ne peut pas, de par sa nature, répondre à la question plus générale de l’ampleur des actes de torture et mauvais traitements commis lorsque les troupes britanniques se trouvaient dans le sud de l’Irak, a déclaré John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International.

« Ce n’est pas la grande enquête que les victimes et les ONG appelaient de leurs vœux, en vue de faire la lumière sur les centaines de plaintes pour violations des droits humains, notamment pour torture, désignant les forces armées britanniques en Irak.

« Nous ne devons pas oublier qu’une précédente enquête menée sur d’autres faits, à savoir la mort du réceptionniste d’hôtel Baha Mousa et les tortures et mauvais traitements infligés à d’autres détenus, a conclu à la responsabilité des soldats britanniques dans " une série épouvantable de graves violences gratuites infligées à des civils ". Des violences ont été infligées à des détenus en Irak et nous avons besoin d’une enquête globale afin d’en connaître la véritable ampleur. »

Pour en savoir plus, veuillez consulter le document suivant (en anglais) : Iraq : A Decade of Abuses

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées