Royaume-Uni/Turquie : Libérons les défenseurs des droits humains

« L’indignation mondiale qui fait suite à la répression des droits humains en Turquie devient plus forte de jour en jour  » Kate Allen

Amnesty International Royaume-Uni salue la demande du ministre des Affaires étrangères Boris Johnson appelant à la libération des militants des droits humains emprisonnés en Turquie, dont Idil Eser la directrice d’Amnesty Turquie et Taner Kiliç, le président d’Amnesty Turquie.

Pendant une allocution lors d’un événement à Sydney, Australie, jeudi 27 juillet au soir, M. Johnson a déclaré qu’il « déplorait » les actions des autorités turques lorsqu’elles ont arrêté des militants en faveur des droits humains, dont des militants Amnesty.

Au cours d’une conférence au Lowy Institute, le ministre des Affaires étrangères a déclaré :

« Nous continuerons à plaider en faveur de l’équilibre et de la modération dans notre politique étrangère européenne ; et oui, nous rejoignons nos amis et déplorons les actions des autorités turques lorsqu’elles arrêtent et emprisonnent des journalistes et des défenseurs des droits humains, dont des militants d’Amnesty International.

« Nous appelons la Turquie à les libérer de leur détention provisoire, à garantir un procès rapide et équitable, et à trouver une nouvelle voie.

« Cependant, nous pensons également qu’il faut s’investir avec la Turquie, et que ce serait commettre une grave erreur que de diaboliser ou d’éloigner ce pays extraordinaire. Ce n’est pas non plus la bonne voie. »

Après l’intervention de M. Johnson, le Royaume-Uni rejoint désormais les demandes similaires faites par la Commission européenne et par les gouvernements de l’Allemagne, des États-Unis, des Pays-Bas, de France, de Belgique, d’Irlande et d’Autriche.

Kate Allen, directrice de la section britannique d’Amnesty International, a déclaré :

« Nous sommes ravis d’apprendre que Boris Johnson appelle désormais à la libération des défenseurs des droits humains en Turquie.

«  C’est un pas en avant très important qui envoie un message clair au président Erdoğan et à son gouvernement : la répression des militants en faveur des droits humains en Turquie est totalement indéfendable et doit prendre fin.

« Nous appelons le ministre des Affaires étrangères à continuer de faire pression pour leur libération à chaque occasion qui se présente avec ses homologues turcs.

« L’indignation mondiale qui fait suite à la répression des droits humains en Turquie devient plus forte de jour en jour.

« Amnesty International demande la libération immédiate et inconditionnelle de tous les défenseurs des droits humains en Turquie. »

Quelques appels à la libération des militants :

États-Unis - « Ces arrestations à caractère politique ont été menées pour effrayer et réduire au silence les personnes prêtes à défendre les droits humains en Turquie… J’appelle les autorités turques à libérer immédiatement et sans condition Idil Eser et les autres militants. » (18/07/2017)

Angela Merkel - « Voici une nouvelle affaire où, selon nous, des innocents ont été pris dans les rouages du système judiciaire et se sont retrouvés en détention… Nous affirmons notre solidarité avec [Peter Steudtner] et avec les autres personnes arrêtées… Le gouvernement allemand fera tout son possible, à tous les niveaux, pour assurer sa libération. » (18/07/2017)

Allemagne - « Les allégations de liens avec le terrorisme sont absurdes. Il est consternant d’accuser Amnesty et d’autres organisations de défense des droits humains de terrorisme. » (18/07/2017)

France - « La France reste préoccupée par les arrestations qui ont visé récemment des responsables turcs d’Amnesty International ainsi que d’autres défenseurs des droits de l’Homme et des journalistes. Nous demandons leur libération rapide. » (18/07/2017)

Belgique - « Le Ministre appelle les autorités turques à cesser toutes les poursuites à l’encontre des 11 personnes concernées, immédiatement et sans conditions. » (20/07/2017)

Autriche - « C’est une tentative évidente pour intimider et réduire au silence les défenseurs des droits humains. Nous agirons à tous les niveaux pour demander leur libération immédiate. » (20/07/2017)

Irlande - « Le fait de cibler des militants des droits humains n’est pas une attitude digne d’un pays qui respecte les droits humains fondamentaux et l’état de droit, et j’appelle les autorités turques à libérer les personnes arrêtées. » (20/07/2017)

Pays-Bas - « Le gouvernement néerlandais a condamné fermement les arrestations et le manque de protection des défenseurs des droits humains en Turquie… et demande la libération immédiate de ces militants en faveur des droits humains récemment arrêtés. » (20/07/2017)

Commission européenne - « Nous demandons la libération immédiate de ces personnes. » (20/07/2017)

Action publiques

Plus d’un million de personnes ont agi à travers le monde cette semaine, pour exhorter la haute représentante de la Commission européenne pour les affaires étrangères Federica Mogherini à aborder de toute urgence la question des défenseurs des droits humains emprisonnés, au cours de sa rencontre avec le ministre des Affaires étrangères turc mardi 25 juillet.

Arrestations en juin et en juillet

Idil Eser, la directrice d’Amnesty International Turquie, est en détention depuis le 5 juillet, ainsi que neuf autres militants en faveur des droits humains. Taner Kiliç, le président d’Amnesty International Turquie, est en détention depuis le 6 juin. Ils ont été placés en détention sur de fausses allégations faisant état qu’ils auraient été impliqués avec des « organisations terroristes ». De nombreux autres militants en faveur des droits humains en Turquie se trouvent soit derrière les barreaux, soit sous le coup d’une interdiction de voyager dans l’attente de leur inculpation.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse