Russie : Mourad Amriev est en danger

Les autorités russes doivent libérer immédiatement Mourad Amriev, Tchétchène qui affirme avoir été victime de torture, et ne doivent en aucun cas mettre sa vie en péril en le remettant aux autorités tchétchènes, a déclaré Amnesty International vendredi 9 juin 2017.

Mourad Amriev, qui a tenté de gagner le Bélarus le 7 juin, a été arrêté et remis illégalement à des policiers russes aux premières heures du 9 juin. Il est actuellement détenu en Russie, dans un lieu tenu secret, ce qui avive les craintes quant à son sort.

« L’histoire de Mourad Amriev ressemble à un thriller, mais c’est la réalité et sa vie est menacée. Il a été remis aux autorités russes tôt dans la matinée du 9 juin dans le cadre de ce qui s’apparente à une " restitution " illégale, après avoir tenté de demander l’asile au Bélarus. En aucun cas les autorités fédérales de Russie ne doivent le remettre entre les mains de responsables tchétchènes de l’application des lois, car il courrait le risque d’être torturé et sa vie serait menacée  », a déclaré Heather McGill, chercheuse sur la Russie à Amnesty International.

Mourad Amriev, champion amateur d’Arts martiaux mixtes (MMA), a été arrêté par des policiers bélarussiens alors qu’il tentait de franchir la frontière entre la Russie et le Bélarus dans la nuit du 7 au 8 juin. Il a été menotté à un radiateur au poste de Dobrush, au Bélarus, où les policiers l’ont informé qu’il serait renvoyé en Tchétchénie pour y être jugé. Pendant sa détention, il a souhaité déposer une demande d’asile au Bélarus et consulter son avocat, mais ces deux requêtes ont été rejetées.

Tôt dans la matinée, la police bélarussienne l’aurait remis à des agents russes des forces de sécurité. On est sans nouvelles de lui depuis.

Torture et fuite hors de Tchétchénie

Mourad Amriev a fui la Tchétchénie en 2013 et a porté plainte contre des policiers tchétchènes qui l’auraient torturé à Grozny. Il vit depuis lors en exil en Ukraine.

Début juin, il s’est rendu en Russie pour demander un visa Schengen et a été interpellé dans l’ouest du pays pour des accusations fallacieuses en lien avec une erreur de date de naissance sur son passeport.

La police de Briansk, dans l’ouest de la Russie, l’a libéré le 6 juin. Cependant, alors qu’il signait les papiers de sa libération dans le bureau du procureur, des policiers tchétchènes ont encerclé le bâtiment, menaçant de l’arrêter. Briansk se trouve à environ 1 800 kilomètres de la Tchétchénie.

Dans une fuite désespérée, il a quitté le bâtiment du procureur, s’engouffrant dans la voiture d’un proche qui l’attendait, et foncé vers la frontière bélarussienne.

« Aucun fondement légal ne permet de détenir Mourad Amriev pour le délit mineur d’erreur sur son passeport – un fait qu’il n’a jamais caché. Il est détenu arbitrairement et doit être libéré immédiatement. Sa vie pourrait en dépendre », a déclaré Heather McGill.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.