Russie, Les autorités durcissent la campagne de représailles contre le célèbre écrivain Boris Akounine

Boris Akounine

Des poursuites pénales infondées ont été ouvertes contre le célèbre écrivain russe Grigori Tchkhartichvili, plus connu sous son nom de plume Boris Akounine, accusé de « diffusion de fausses informations sur les forces armées russes » et « apologie du terrorisme ».

« La persécution de Boris Akounine par les autorités russes et cette affaire pénale infondée illustrent leur vindicte pure et simple à l’égard de toute personne qui ose exprimer une opinion divergente. En quelques jours, ses livres ont été retirés de la vente, une pièce inspirée de son œuvre a été retirée d’un théâtre et la police a perquisitionné les locaux de la seule maison d’édition qui continuait de collaborer avec lui, a déclaré Marie Struthers, directrice du programme Europe de l’Est et Asie centrale à Amnesty International.

« Toutes ces mesures sont prises à titre de représailles, car Boris Akounine s’est opposé haut et fort à la guerre d’agression que mène la Russie contre l’Ukraine, et il n’est pas la seule victime de ce type de campagnes. Bien d’autres, dont des artistes, des comédiennes et comédiens, des musiciennes et musiciens et des cinéastes, se retrouvent persécutés et écartés de la vie culturelle russe parce qu’ils s’opposent à la guerre.

« Les autorités russes doivent abandonner immédiatement ces accusations honteuses et mettre un terme à la campagne de dénigrement et de persécution visant des personnalités du monde de la culture opposées à la guerre. »

Complément d’information

Le 18 décembre, le Comité d’enquête de la Fédération de Russie a annoncé l’ouverture d’une procédure pénale à l’encontre de Boris Akounine, qui réside à l’étranger depuis 2014, pour « apologie du terrorisme » (article 205.2 du Code pénal) et « dissémination délibérée d’informations fausses sur les forces armées » (article 207.3). La veille, Rosfinmonitoring, l’agence russe de régulation financière, a inscrit Boris Akounine sur la liste des personnes « terroristes et extrémistes ».

Au lendemain de l’annonce des accusations, les plus grandes librairies de Moscou ont commencé à retirer les livres de Boris Akounine de leurs rayons, tandis que les principaux sites de vente en ligne de livres, tels que Wildberries et Litres, ont quasi supprimé ses œuvres de leurs plateformes. Le théâtre Gubernsky à Moscou a cessé de jouer Les aventures de Fandorin, une pièce basée sur sa série de romans d’aventures.

Le 19 décembre, des agents des forces de l’ordre ont perquisitionné la maison d’édition Zakharov, qui détient les droits d’édition de nombre de ses livres, et ont saisi tous les exemplaires conservés dans les locaux. Irina Bogat, directrice de la maison d’édition, a déclaré : « À l’évidence, c’est parce que nous sommes les seuls à ne pas avoir retiré de la vente les ouvrages de Boris Akounine. »

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des hostilités entre Israël, le Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civil·e·s. Le nombre de victimes et l’ampleur des (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit