Russie, Les autorités organisent une « audience » surprise pour maintenir Navalny derrière les barreaux

Alexeï Navalny

L’opposant russe de renom Alexeï Navalny a été placé en détention provisoire pendant 30 jours, à la suite d’une « audience » inédite qui s’est déroulée au poste de police où il est retenu depuis son arrestation à son arrivée de Berlin.

« L’audience du 18 janvier est une parodie de justice. Les autorités ont sans vergogne fait venir un juge au poste de police pour statuer sur la détention d’Alexeï Navalny, tout en le privant de la possibilité de consulter son avocat jusqu’à la dernière minute. Aucun média indépendant, ni aucun membre de la population, n’a pu être présent pour assister à cette mascarade d’audience ; afin de donner l’illusion d’une procédure transparente, la " salle d’audience " était bondée de représentants de la presse progouvernementale. » a déclaré Natalia Zviagina, directrice du bureau d’Amnesty International à Moscou.

« Ces coups de théâtre absurdes révèlent la détermination des autorités russes à réduire Alexeï Navalny au silence. Anticipant son retour en Russie, elles ont autorisé une présence policière massive à l’aéroport de Vnoukovo pour intercepter et interpeller toute personne simplement venue l’accueillir, la fermeture de l’aéroport, le déroutement surprise de son vol vers l’aéroport de Cheremetievo, le blocus des routes y conduisant et, enfin, l’arrestation d’Alexeï Navalny à la douane.

« L’audience du 18 janvier est une parodie de justice. Les autorités ont sans vergogne fait venir un juge au poste de police pour statuer sur la détention d’Alexeï Navalny, tout en le privant de la possibilité de consulter son avocat jusqu’à la dernière minute. Aucun média indépendant, ni aucun membre de la population, n’a pu être présent pour assister à cette mascarade d’audience ; afin de donner l’illusion d’une procédure transparente, la " salle d’audience " était bondée de représentants de la presse progouvernementale. »

« Ce sont des ficelles de blockbusters hollywoodiens, loin du comportement d’un gouvernement qui respecte les droits humains. Les autorités russes doivent libérer immédiatement Alexeï Navalny et toute personne détenue en lien avec son arrivée. Il s’agit de prisonniers d’opinion, coupables du seul crime d’avoir exercé leur droit à la liberté d’expression. »

Complément d’information

Le 18 janvier, le tribunal de Khimki a placé Alexeï Navalny en détention provisoire pendant 30 jours dans l’attente de son procès pour « violations multiples des conditions de son sursis », en lien avec sa condamnation à l’issue d’un précédent procès motivé par des considérations politiques. L’audience s’est déroulée à l’intérieur du poste de police où Alexeï Navalny a été emmené après son arrestation à l’aéroport de Cheremetievo, à Moscou, la veille.

L’avocat d’Alexeï Navalny n’a été autorisé à le rencontrer qu’une minute avant le début de l’audience, au poste de police. Les chaînes de télévision étatiques ont pu entrer dans le poste, tandis que les correspondants de nombreux médias indépendants et les partisans d’Alexeï Navalny ont dû rester dehors, par des températures glaciales de – 20° C.

Toutes les infos
Toutes les actions

Maisons de repos : garantir les droits humains des résidents

Pétition demandant que priorité soit donnée aux efforts visant à respecter, protéger et rendre effectifs les droits humains des résident·e·s

2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit