Russie : il faut libérer le responsable de Memorial à Grozny

Le jeudi 25 janvier, la Cour suprême tchétchène a refusé de libérer sous caution Oyoub Titiev, responsable du bureau du groupe de défense des droits humains Memorial à Grozny.

« Nous sommes absolument consternés par le refus de la Cour de libérer notre ami et collègue Oyoub Titiev. Les accusations dont il fait l’objet sont totalement grotesques et fondées sur ce que nous pensons être des éléments forgés de toutes « pièce » », a déclaré Anna Neistat, directrice générale du programme de recherche d’Amnesty International.

« Nous demandons sa libération immédiate et inconditionnelle. C’est un prisonnier d’opinion aux mains d’un régime qui détient des personnes dans des prisons secrètes, les torture et fait souffrir leur famille. »

« Il faut que les autorités russes mettent un terme à l’attaque coordonnée qu’ils ont lancée contre Memorial et d’autres organisations de défense des droits humains dans tout le pays et qu’une enquête soit menée sur les circonstances entourant cette série d’injustices. »

Complément d’information

Oyoub Titiev, responsable du bureau de Memorial à Grozny (Tchétchénie), a été arrêté par la police le 9 janvier. Celle-ci a affirmé avoir trouvé de la drogue dans sa voiture, mais la perquisition a été entachée de vices de procédure tellement graves qu’elle a dû être reconstituée quelques heures plus tard, en présence de « témoins ».

Le 17 janvier, le bureau de Memorial à Nazran, dans la république voisine d’Ingouchie, a été incendié en pleine nuit par deux hommes encagoulés, qui ont été filmés par le système de vidéosurveillance.

Dans la nuit du 23 janvier, la voiture utilisée par les membres de Memorial à Makhatchkala, au Daghestan, une autre république voisine de la Tchétchénie, a aussi été brûlée. Au matin, des menaces anonymes ont été envoyées par SMS sur le téléphone portable de ce bureau. Le message était une mise en garde : « Vous êtes au bord d’un précipice. Cessez vos activités ! La prochaine fois, nous brûlerons le bureau et vous à l’intérieur. La voiture [est] un avertissement ». Ensuite, quelqu’un a appelé le même numéro et prononcé un message similaire, avant de raccrocher.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !