Russie : Le leader de l’opposition arrêté juste après sa libération pour avoir appelé à manifester

Le leader de l’opposition russe Alexeï Navalny a de nouveau été arrêté ce jour, quelques minutes après être sorti du centre de détention où il avait passé 30 jours en « détention administrative » pour avoir tenté d’exercer son droit à la liberté d’expression et de réunion pacifique.

« Le nom d’Alexeï Navalny est depuis longtemps synonyme de manifestation pacifique et de durcissement des restrictions imposées à la liberté de réunion en Russie. Depuis mars dernier, des milliers de personnes en Russie ont répondu à son appel et ont rejoint les grandes manifestations pacifiques contre la politique du gouvernement sur des questions allant de la corruption à la réforme des retraites, a déclaré Natalia Zviagina, directrice du bureau d’Amnesty International en Russie.

«  Cependant, les manifestations de rues, comme toute manifestation en Russie aujourd’hui, sont une entreprise hasardeuse. Depuis mars 2017, Alexeï Navalny a été arrêté à six reprises et a passé 110 jours derrière les barreaux. Il s’agit d’un prisonnier d’opinion qui n’a commis aucun crime. Les autorités russes doivent le relâcher immédiatement et sans condition, et respecter pleinement son droit à la liberté d’expression et de réunion pacifique.  »

Complément d’information

Alexeï Navalny est le fondateur et le dirigeant de la Fondation anticorruption et du Parti du progrès, non enregistré. Il a été appréhendé par la police le 24 septembre dès sa sortie d’un centre de détention à Moscou, où il avait purgé une peine de 30 jours pour avoir appelé à manifester sans autorisation dans la capitale russe en janvier.

Alexeï Navalny a déjà été incarcéré pendant 15 jours en mars 2017, 30 jours en juin 2017, 20 jours en octobre 2017, 15 jours en mai 2018 et 30 jours en août 2018, pour le rôle qu’il a joué dans l’organisation de grands rassemblements à travers le pays.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.