Communiqué de presse

Russie. Les actes de harcèlement continueront malgré l’amnistie prononcée par Poutine

En Russie, le harcèlement de la société civile se poursuivra sans relâche même si des prisonniers d’opinion ont été libérés, a déclaré Amnesty International lundi 23 décembre 2013.

L’organisation a longtemps fait campagne pour la libération immédiate et sans conditions de plusieurs des prisonniers d’opinions qui viennent d’être remis en liberté à la faveur de l’amnistie décrétée par le président Vladimir Poutine. Plusieurs autres, jugés pour des affaires liées aux manifestations de la place Bolotnaïa de 2012, sont toujours détenus.


« La remise en liberté de l’homme d’affaires Mikhaïl Khodorkovski, de Maria Alekhina et Nadejda Tolokonnikova, chanteuses des Pussy Riot, et de quelques-uns des détenus de la place Bolotnaïa ne doit pas être considérée comme un acte de grâce et d’humanité, mais plutôt comme une démarche politique qui intervient à l’approche des Jeux olympiques de Sotchi,
a déclaré John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International.

« Il s’agit d’une nouvelle preuve de la politisation de la justice en Russie. Elle ne doit en aucun cas occulter une réalité bien plus grande, à savoir que la place accordée aux voix discordantes et indépendantes a considérablement diminué au cours de l’année écoulée.

Les personnes libérées n’avaient été emprisonnées que parce qu’elles avaient exprimé leurs opinions. Bien qu’elles soient maintenant libres, elles restent inculpées. L’amnistie ne remplace pas un système judiciaire efficace. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.