Russie : Les autorités refusent de laisser Amnesty rendre visite à Oleg Sentsov, en grève de la faim

Les autorités russes ont refusé d’accorder à Amnesty International la possibilité de rencontrer le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov, qui observe une grève de la faim depuis 81 jours dans une colonie pénitentiaire dans l’Arctique russe.

«  Nous refuser le droit de rendre visite à Oleg Sentsov est indéfendable. Après presque trois mois de grève de la faim, son état de santé est très préoccupant. Nous avions prévu de rendre visite à Oleg avec un expert médical indépendant qui aurait pu évaluer son état de santé. Afin de dissiper tous les doutes quant à son état de santé et à la pertinence des soins médicaux qui lui sont prodigués, une telle visite s’impose, a déclaré Oxana Pokaltchouk, directrice d’Amnesty International Ukraine.

«  Amnesty International demande qu’Oleg Sentsov soit libéré immédiatement et que, tant qu’il est détenu, il puisse consulter des professionnels de santé qualifiés, à même de dispenser des soins conformes à l’éthique médicale et respectant notamment les principes de confidentialité, d’autonomie et de consentement éclairé. En outre, les autorités russes doivent permettre au personnel consulaire ukrainien de rencontrer Oleg Sentsov. »

Le 30 juillet 2018, le bureau d’Amnesty International à Moscou a reçu une lettre de Valery Balan, directeur adjoint du Service fédéral d’application des peines, qui rejetait sa demande de visite à Oleg Sentsov dans la colonie pénitentiaire de Labytnangi, sans fournir d’explication. Dans cette lettre, il est dit que l’état de santé d’Oleg Sentsov a été évalué et est stable, sans « dynamique négative ».

Complément d’information

Le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov a entamé une grève de la faim le 14 mai 2018 pour protester contre l’emprisonnement motivé par des considérations politiques de dizaines d’Ukrainiens en Russie.

En 2015, Oleg Sentsov a été condamné à 20 ans de prison à la suite d’un procès inique pour des accusations de « terrorisme », parce qu’il s’était opposé à l’occupation de la Crimée par la Russie.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

USA/Mexique : un accord risque de mettre des milliers de vies en danger

Les États-Unis et le Mexique envisagent de reconnaître ce dernier comme « pays tiers sûr » et empêcher ainsi tous demandeurs d’asile de demander protection aux États-Unis. Signez notre pétition