Russie, une militante féministe condamnée

La militante féministe russe et défenseure des droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres ou intersexuées (LGBTI) Ioulia Tsvetkova a été condamnée à une lourde amende en vertu de la loi homophobe sur la « propagande gay », au motif qu’elle gère sur les réseaux sociaux des groupes axés sur les thèmes LGBTI.

« Une nouvelle fois, une militante des droits humains paie le prix fort, dans tous les sens du terme, simplement pour avoir diffusé les idéaux de non-exclusion, de tolérance et d’autonomisation des femmes, a déclaré Natalia Zviagina, directrice d’Amnesty International Russie.

« Ioulia Tsvetkova est la dernière cible d’une campagne discriminatoire aux forts relents d’homophobie, menée depuis longtemps déjà. Elle subit une kyrielle d’atteintes : elle a été détenue de manière arbitraire, interrogée et intimidée à de multiples reprises. Ses initiatives théâtrales et créatives sont muselées par les responsables de l’application des lois et ses dessins sont désormais jugés à caractère pornographique.

« Actuellement placée en résidence surveillée, elle fait l’objet de poursuites pénales pour " pornographie ", une infraction passible d’une peine allant jusqu’à six ans de prison. Les autorités doivent abandonner toutes les charges retenues contre elle et annuler l’amende et l’assignation à résidence dont elle fait l’objet. Elle n’a rien fait d’autre que de se mobiliser en faveur des droits humains. »

Complément d’information

Ioulia Tsvetkova, originaire de Komsomolsk-sur-l’Amour, dans l’Extrême-Orient russe, a été déclarée coupable de « propagande en faveur de relations sexuelles non traditionnelles auprès des mineurs », une infraction administrative, et condamnée à une amende de 50 000 roubles (environ 710 euros) parce qu’elle gère deux communautés en ligne sur les thèmes LGBTI. Ces deux communautés sont signalées « + de 18 ans », comme l’exige le droit russe, et l’amende qui lui a été infligée au titre de la loi russe contre la propagande homosexuelle n’a donc aucun fondement.

La militante fait toujours l’objet d’inculpations pénales pour « pornographie ». Elle a été placée en résidence surveillée le 23 novembre après avoir été inculpée de « production et diffusion de matériaux pornographiques », en raison de dessins de vagins qu’elle a publiés sur les réseaux sociaux.

En mars, Ioulia Tsvetkova a dû abandonner son travail au sein de la compagnie de théâtre amateur Merak, la police ayant ouvert une enquête pour « propagande homosexuelle » liée à sa pièce Bleu et rose, qui dénonce le harcèlement et la discrimination. La compagnie a été contrainte de cesser ses activités.

Toutes les infos
Toutes les actions

Justice pour Julián Carrillo

Pétition pour Julián Carrillo, défenseur mexicain des droits humains et environnementaux, tué le 24 octobre 2018. Signez !