Communiqué de presse

Russie. Une décision de justice concernant un internement psychiatrique doit être réexaminée

Un recours contre le jugement ordonnant l’internement de Mikhaïl Kossenko – pour une durée potentiellement illimitée – afin qu’il reçoive des soins psychiatriques forcés sera examiné par un tribunal de Moscou jeudi 13 mars, après que cet homme ait été arrêté pour sa participation à une action de protestation.

Amnesty International suit son procès. Les porte-paroles de l’organisation sont disponibles pour des interviews.

« La décision que le tribunal prendra jeudi 13 est susceptible d’entériner une pratique de l’ère soviétique consistant à museler l’opposition au moyen de la médecine psychiatrique, en incarcérant un homme innocent pour une durée potentiellement illimitée », a déclaré Sergueï Nikitine, directeur du bureau d’Amnesty International à Moscou.

« Amnesty International espère vivement que le tribunal examinera avec impartialité la contre-expertise psychiatrique et les éléments – notamment des séquences vidéo et des témoignages – qui tendent très fortement à disculper Mikhaïl Kossenko, et veillera à ce qu’il ressorte libre de la salle d’audiences jeudi 13 mars. »

« Le choix entre la justice et l’injustice est entre les mains de ce tribunal. »

Mikhaïl Kossenko est en détention depuis le 8 juin 2012, un mois après sa participation à une manifestation sur la place Bolotnaïa, à Moscou, où manifestants et policiers se sont affrontés. Il a été inculpé de participation à des « manifestations de masse » et de recours à la force contre un policier, et a été condamné à recevoir des soins psychiatriques de force le 8 octobre 2013.

Amnesty International considère cet homme comme un prisonnier d’opinion, car il a été emprisonné uniquement pour avoir exercé son droit de manifester pacifiquement, et elle demande sa libération immédiate et sans condition.

Voir aussi :
Russie. Anatomie d’une injustice : le procès de l’affaire Bolotnaïa

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse