Russie : Une décision est attendue dans le simulacre de procès intenté contre Oyoub Titiev

Alors que le procès de l’éminent défenseur tchétchène des droits humains Oyoub Titiev, qui risque jusqu’à 10 ans d’emprisonnement pour des accusations de détention de stupéfiants forgées de toutes pièces, entre dans sa phase finale et qu’une décision est sur le point d’être rendue : 

« La machine répressive du système pénal russe fonctionne à plein régime, et nous en avons vu assez dans cette affaire pour savoir que l’objectif du procès intenté contre Oyoub Titiev n’est pas la justice, mais la vengeance. Il risque de passer de longues années derrière les barreaux s’il est déclaré coupable, et tout porte à croire que, malgré toutes les preuves en sa faveur, l’acquittement n’est pas envisageable, a déclaré Natalia Priloutskaya, chercheuse sur la Russie à Amnesty International.

« Tout au long de ce procès, nous avons pu observer que les arguments convaincants de la défense ont été systématiquement rejetés, mais que les policiers appelés à la barre par l’accusation ont été autorisés sans réserve à donner des témoignages allant à l’encontre de la logique la plus élémentaire et des faits avérés. Ce procès tout entier est un affront à la justice.

« Si Oyoub Titiev est envoyé en prison, cela prouvera que les autorités russes n’ont aucun respect pour les droits humains et l’état de droit en Tchétchénie.

« Nous continuons de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour obtenir la libération immédiate d’Oyoub Titiev, et demandons aux sympathisants d’Amnesty International à travers le monde de soutenir ce combat. »

Amnesty International estime qu’Oyoub Titiev est un prisonnier d’opinion : il a été placé en détention uniquement en raison de son travail en faveur de victimes d’atteintes aux droits humains commises en Tchétchénie. Il doit donc être remis en liberté immédiatement et sans condition.

Complément d’information

Oyoub Titiev, qui dirige l’antenne tchétchène de l’organisation de défense des droits humains Memorial, est détenu depuis le 9 janvier 2018 ; il a été arrêté alors qu’il se trouvait dans son véhicule et la police a déclaré avoir trouvé de la drogue dans sa voiture.

Les membres de Memorial sont régulièrement pris pour cible par les autorités tchétchènes. En 2009, Natalia Estemirova, chercheuse pour Memorial, a été enlevée et tuée à la frontière entre la Tchétchénie et l’Ingouchie.

Pour en savoir plus : La Tchétchénie, ou l’illusion du changement

Toutes les infos
Toutes les actions

Halte à l’afflux d’armes vers le Yémen

Des armes wallonnes et de l’équipement militaire belge impliqués dans le conflit meurtrier au Yemen ! Nous devons faire cesser les transferts d’armes utilisées pour perpétrer ces violations des droits humains. Signez !