Communiqué de presse

SADC. Il faut faire face aux questions de droits humains, alors que plusieurs États membres suscitent de graves préoccupations

La Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) doit remédier aux violations des droits humains commises par ses États membres dans le cadre de mesures visant à améliorer la vie des populations, ont déclaré jeudi 14 août 2014 les organisations de défense des droits humains Zimbabwe Lawyers for Human Rights (ZLHR), Amnesty International et Human Rights Watch.

Alors que les 15 États membres de la SADC s’apprêtent à se réunir les 17 et 18 août lors du 34e Sommet des chefs d’État et de gouvernement à Victoria Falls, au Zimbabwe, les trois organisations attirent l’attention sur les graves préoccupations relatives aux droits humains en Angola, au Malawi, au Swaziland, en Zambie et au Zimbabwe. Le Zimbabwe va assumer la présidence de la SADC dès la réunion.

« L’attachement de la SADC envers les droits humains sera remis en question si le Zimbabwe, en tant que président de cet organisme régional, n’accélère pas la procédure d’alignement de sa législation sur la Constitution et si les institutions de l’État ne se montrent pas à la hauteur des bonnes pratiques régionales et internationales », a déclaré Dzimbabwe Chimbga, responsable de projet à Zimbabwe Lawyers for Human Rights.

La SADC est critiquée pour avoir négligé de faire du respect des droits humains une priorité au sein de ses États membres. Il est important, pour sa réputation, qu’elle intervienne sur cette question, ont déclaré les organisations. Sous la présidence du Zimbabwe, la SADC doit faire pression pour un meilleur respect des droits fondamentaux dans la sous-région, particulièrement en Angola, au Malawi, au Swaziland et en Zambie.

« Les droits fondamentaux sont essentiels à la réalisation d’un développement économique et d’une intégration régionale durables, a déclaré Deprose Muchena, responsable pour l’Afrique australe à Amnesty International. La SADC doit s’efforcer de créer les conditions propices pour que tous puissent jouir de leurs droits économiques, sociaux, civils et politiques. Les dirigeants de la SADC doivent répondre aux véritables besoins des citoyens et mettre en œuvre les normes régionales et internationales relatives aux droits humains. »

Alors que le Zimbabwe reprend la présidence de la SADC pour l’année à venir, le pays applique des lois qui bafouent les droits fondamentaux de la personne humaine protégés au titre de la Constitution de mai 2013. Aucune mesure n’a été prise en vue de rendre justice pour les violences politiques passées.

En outre, la présidence du Zimbabwe néglige les droits économiques et sociaux. Beaucoup d’habitants de Harare n’ont qu’un accès restreint à l’eau potable et aux installations sanitaires, en violation de leur droit à l’eau, à l’assainissement et à la santé. Dans les mines de diamants du pays, il faut plus de transparence en matière de production, de revenus et d’allocation des droits miniers.

Angola
Bien que la Constitution angolaise de 2010 garantisse les droits internationalement reconnus à la liberté d’expression et de réunion pacifique, ainsi que la liberté des médias, le gouvernement ne cesse de les restreindre.

Il a en effet engagé de nombreuses poursuites pour diffamation contre des journalistes et des militants connus pour leur franc-parler, tout en recourant à une force excessive, aux arrestations arbitraires et à l’intimidation pour empêcher des manifestations pacifiques, des grèves et autres rassemblements.

Les restrictions imposées aux medias indépendants, l’autocensure et la répression du gouvernement limitent déjà la liberté d’expression en Angola. Ne se contentant pas de poursuivre en justice et d’intimider des journalistes indépendants et des militants de la société civile, le gouvernement adopte des lois restreignant la liberté des médias, traîne les pieds avant d’autoriser des chaînes de radio privées et communautaires à émettre, censure les médias publics et cherche à contrôler les médias privés.

Seuls 3 % des citoyens ont accès à Internet et aux réseaux sociaux, principaux moyens de commenter la politique du gouvernement.

Malawi

Au Malawi, les élections nationales du mois de mai ont réaffirmé la force et l’indépendance d’institutions gouvernementales majeures, notamment de la justice, des forces de sécurité et de l’organisme en charge des élections.

Les dirigeants de la SADC doivent inviter le gouvernement à poursuivre sur le chemin de la démocratisation et de la promotion des droits humains, en intégrant dans la législation nationale tous les instruments internationaux relatifs aux droits humains auxquels le Malawi est partie.

Le Malawi doit prendre des mesures décisives afin de mettre un terme à la discrimination, de protéger les minorités sexuelles et de garantir l’égalité entre hommes et femmes, et les droits des femmes dans toutes les sphères de la société. Le pays doit aussi s’engager à promouvoir la réalisation des droits économiques et sociaux, et à lutter efficacement contre la corruption qui compromet ces droits.

Swaziland
Il est très préoccupant de constater que les droits humains sont peu respectés et protégés au Swaziland, bien qu’ils soient inscrits dans la nouvelle Constitution du pays, ainsi que dans le droit international.

Sont notamment bafoués le droit de ne pas être soumis à la torture, le droit à un procès équitable, les droits à la liberté d’expression et d’association, le droit à l’égalité et à la réalisation progressive des droits économiques et sociaux, ainsi que l’accès à des recours effectifs en cas de violation.

Cependant, on assiste depuis quelques années à une détérioration radicale de la situation des droits humains dans le royaume. Les activités politiques et les syndicats sont soumis à des restrictions, notamment au titre de la Loi relative à la répression du terrorisme, qui bafoue le droit international, à la détention arbitraire et à des procès iniques. L’indépendance de la justice est gravement compromise.

Les autorités du Swaziland répondent aux critiques par des méthodes visant à réprimer les manifestations pacifiques et les critiques relayées par les médias. Fait très inquiétant, le gouvernement se sert de la Loi relative à la répression du terrorisme et d’autres lois sécuritaires, qui bafouent le principe de légalité, dans le but d’intimider, de harceler et de poursuivre les organisations indépendantes et les voix critiques.

Des événements très récents illustrent cette situation : Bhekithemba Makhubu, rédacteur en chef du mensuel d’information The Nation, et Thulani Maseko, avocat spécialisé dans la défense des droits humains, ont été condamnés le 25 juillet, à l’issue d’un procès inique, à deux ans de prison pour outrage à magistrat.

Les dirigeants de la SADC doivent appeler les autorités swazies à respecter les libertés fondamentales, notamment les droits à la liberté d’association, de réunion et d’expression. La SADC doit faire pression sur le gouvernement afin de lever les restrictions législatives et pratiques pesant sur les droits à la participation politique.

Zambie
Le respect des droits humains ne cesse de se détériorer en Zambie, depuis l’arrivée au pouvoir en 2011 du Front patriotique. Le processus d’élaboration de la Constitution est au point mort et des projets de loi prévoient de restreindre les actions des organisations non gouvernementales (ONG). Les partis d’opposition sont la cible de poursuites judiciaires à motivation politique. Les représentants du gouvernement incitent à la haine contre les lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexuées (LGBTI), ce qui se traduit par une recrudescence des arrestations et des poursuites.

« Afin de mettre en œuvre le thème du sommet de la SADC, à savoir la transformation économique, le Zimbabwe et les autres pays de la région doivent promouvoir la bonne gouvernance, respecter l’état de droit et les droits humains, a déclaré Tiseke Kasambala, directeur pour l’Afrique australe à Human Rights Watch. La transparence et la justice contribuent à impulser le développement économique régional qui permet d’améliorer la vie des citoyens. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.