Salim Hamdan. Son procès, inéquitable, ne fait qu’aggraver l’injustice de sa détention illégale

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Amnesty International a affirmé, le 6 août : « La déclaration de culpabilité de Salim Hamdan, au terme de procédures qui ne sont pas conformes aux normes internationales en matière d’équité des procès, ajoute à l’injustice de sa détention illégale à Guantánamo, qui dure depuis plus de cinq ans. »

L’organisation estime que le système des commissions militaires dans son ensemble est fondamentalement mauvais et doit être abandonné pour toutes les affaires. Amnesty International continue à se mobiliser pour que les procès des détenus de Guantánamo se déroulent devant des tribunaux civils ordinaires aux États-Unis, sans possibilité de recours à la peine de mort, et pour que le centre de détention de Guantánamo soit fermé.

« Nous n’avons cessé de demander que la justice et la sécurité soit assurées dans le strict respect du droit international ; cependant, le gouvernement américain a invariablement échoué à cet égard », a ajouté Rob Freer, chercheur sur les États-Unis à Amnesty International.

Salim Hamdan, ressortissant yéménite, a été reconnu coupable de « soutien matériel au terrorisme » et acquitté du chef de « complot » par une commission composée de six militaires américains. Le Pentagone avait annoncé le 5 août qu’il serait maintenu en détention illimitée en tant que « combattant ennemi » quel que soit le jugement prononcé.

L’audience sur la détermination de la peine a commencé le 6 août. Il encourt une peine maximale de réclusion à perpétuité.

Si vous souhaitez en savoir plus, cliquez ici pour lire le document intitulé USA : Trial and error - a reflection on the first week of the first military commission trial at Guantánamo, rendu public le 30 juillet 2008.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Pour une Belgique plus humaine envers les demandeurs d’asile

La Belgique doit se montrer plus humaine : demandez des voies sûres et légales pour les personnes contraintes de fuir de chez elles. Signez notre pétition !