Selon des expertes, la dépénalisation est le meilleur moyen d’améliorer les droits des travailleuses et travailleurs du sexe

Manifestant·e tenant une pancarte "les droits des travailleurs·euses du sexe sont des droits humains

Cette semaine, des expertes des Nations unies ont émises des recommandations pour améliorer les droits des travailleuses et travailleurs du sexe

« La recommandation du groupe de travail des Nations unies soulignant que les droits des travailleuses et travailleurs du sexe doivent être mieux protégés par le droit international relatif aux droits humains constitue une étape majeure dans la lutte contre la discrimination généralisée que subissent ces personnes à travers le monde, à déclaré Carrie Eisert, conseillère politique d’Amnesty International.

« Les expertes qui composent ce groupe de travail ont recommandé la dépénalisation totale du travail du sexe librement consenti entre adultes, qu’elles considèrent comme l’approche la plus prometteuse pour lutter contre la discrimination et la violence systématiques que subissent souvent les travailleuses et travailleurs du sexe, ainsi que contre l’impunité pour les violations de leurs droits.

« Elles disent que les travailleuses et travailleurs du sexe doivent pouvoir participer à la création du cadre juridique et politique qui les concerne, car bien souvent, ces personnes sont tenues à l’écart de ce processus, voient leur opinion ignorée ou sont marginalisées sous une autre forme.

« Actuellement, les normes relatives aux droits humains concernant les droits des travailleuses et travailleurs du sexe sont limitées, et l’utilité et la manière de les améliorer ont souvent été un sujet qui divise. Ces recommandations proposent une marche à suivre qui pourrait permettre à tous les défenseur·e·s des droits humains de s’unir et de bâtir une position commune. »

Complément d’information

Le document exposant la position du Groupe de travail sur la discrimination à l’égard des femmes et des filles [1] a été produit à l’issue d’entretiens avec des travailleuses et travailleurs du sexe de différentes régions du monde et sera présenté officiellement le 11 octobre. Il fait référence à un rapport d’Amnesty International faisant suite à ses recherches en Norvège, aux Principes du 8 mars [2] publiés par la Commission international de juristes, visant à diminuer l’impact sur les droits humains de la criminalisation injustifiée de certaines personnes et populations, et au travail de plaidoyer mené par Amnesty International dans le cadre de l’Alliance féministe inclusive pour les travailleuses et travailleurs du sexe (SWIFA).

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des violences opposant Israël au Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civils. Le nombre de morts est sans précédent. (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit