Serbie. Cinq familles roms expulsées de chez elles se retrouvent sans logement

Amnesty International s’inquiète pour cinq familles roms expulsées d’immeubles privés au n° 55 de la rue Skadarska, à Belgrade (Serbie) jeudi 11 août. Leur expulsion a fait suite à une décision rendue par un tribunal de Belgrade le 29 juin, qui disposait que les habitants devaient libérer les lieux et enlever toutes leurs affaires.

Le 27 juillet, les familles concernées, avec l’aide de militants de plusieurs ONG de Belgrade, ont empêché sans violence un fonctionnaire du tribunal accompagné par des policiers de procéder à l’expulsion forcée. Elles ont réussi à négocier avec lui pour que celle-ci soit reportée au 11 août. Les ONG ont indiqué qu’elles prendraient toutes les mesures possibles jusqu’à cette date pour influencer les autorités compétentes afin que les familles obtiennent une solution de relogement adaptée.

Une de ces ONG locales, Praxis, a contacté le ministère du Travail et de la Politique sociale, le secrétariat municipal à la protection sociale et le centre municipal pour l’action sociale, et leur a demandé de proposer des solutions de relogement satisfaisantes à ces familles. Amnesty International a appelé les autorités à suspendre l’expulsion forcée et à fournir des solutions de relogement adaptées de toute urgence.

Les autorités nationales et municipales n’ont cependant pas satisfait ces requêtes et les familles en question se retrouvent désormais à la rue. Amnesty International est particulièrement préoccupée par le fait que 10 des 20 membres de ce groupe sont mineurs et qu’une des femmes puisse être renvoyée dans le sud de la Serbie, région qu’elle a fuie afin d’échapper à la violence domestique.

En avril 2011, Amnesty International a diffusé un rapport sur les expulsions forcées à Belgrade, dans lequel elle demandait la fin des expulsions forcées. L’organisation a également demandé au gouvernement de faire adopter une loi interdisant les expulsions forcées. Aucune initiative en ce sens n’a toutefois été prise jusqu’à présent.

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.