Communiqué de presse

Serbie. Les autorités doivent prendre des mesures pour faire cesser les violences homophobes

Amnesty International est profondément préoccupée par l’agression perpétrée le 15 octobre 2011 dans le centre de Belgrade (Serbie) contre une personne de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre (LGBT).

Selon les informations transmises par l’organisation non gouvernementale Alliance gay-hétéro, A. Ž. et deux de ses amies ont été suivies par trois individus depuis le quartier de Zeleni Venac jusqu’à l’angle des rues Carice Milice et Maršala Birjuzova, où l’agression a eu lieu. Après l’avoir injuriée, l’un d’eux a attaqué la jeune lesbienne à coups de couteau. A. Ž., qui portait un vêtement frappé des symboles du mouvement LGBT, a été grièvement blessée. Elle a été transférée à l’hôpital. Sa main droite était profondément entaillée et deux tendons avaient été touchés. A. Ž. avait également été frappée à coups de poing et de pied. Cette agression est intervenue deux semaines seulement après l’annulation par les autorités serbes de l’édition 2011 de la Belgrade Pride, en raison de menaces émanant de groupes d’extrême droite – une décision qui a privé les personnes LGBT de leur droit d’exercer leur liberté d’expression et d’association. Cette grave agression est une illustration brutale des menaces vitales pesant sur les membres de la communauté LGBT en Serbie, qui font l’objet d’un nombre croissant de violences.

Amnesty International demande aux autorités de veiller à ce que les personnes impliquées dans cet incident soient déférées à la justice sans délai. L’organisation demande également aux autorités de condamner publiquement toutes les attaques et les menaces contre des membres de la communauté LGBT, de mener sans délai des investigations impartiales et efficaces sur tous les faits de ce genre et de veiller à ce que tous les responsables présumés soient traduits en justice.

Une manifestation s’est tenue le 19 octobre à midi devant le bâtiment du gouvernement serbe, sous le mot d’ordre « Ça suffit ! ». Elle était soutenue par le Centre d’information gay et lesbien, le Centre Queeria, Labris (Organisation pour les droits fondamentaux des lesbiennes), le Comité des juristes pour les droits humains (YUCOM), le Comité Helsinki de Serbie, Femmes en noir, le Centre pour les droits humains de Belgrade, le Centre E8, entre autres organisations.

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.