Somalie. Il faut enquêter sur l’homicide dont a été victime un directeur de radio

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Amnesty International appelle le gouvernement fédéral de transition de la Somalie à ouvrir immédiatement, avec l’aide de la communauté internationale, une enquête exhaustive et impartiale sur l’homicide dont a été victime Muktar Mohamed Hirabe. Cet homme est le cinquième journaliste somalien tué cette année en raison de son travail et le deuxième responsable de la station Radio Shabelle assassiné au cours des deux dernières années.

Muktar Mohamed Hirabe a été abattu dimanche 7 juin dans la matinée au marché de Bakara, dans la capitale Mogadiscio ; il aurait été tué par plusieurs hommes armés non identifiés. Il marchait avec Ahmed Omar Hashi (alias Tajir), responsable de l’actualité à Radio Shabelle, qui a été blessé.

Muktar Mohamed Hirabe est le troisième journaliste de Radio Shabelle tué cette année et le deuxième dirigeant de Radio Shabelle à mourir dans un attentat. Bashir Nur Gedj, l’administrateur de Radio Shabelle, avait été abattu par des individus armés chez lui à Mogadiscio le 19 octobre 2007.

Amnesty International demande à toutes les parties au conflit de cesser de s’en prendre aux journalistes ; elle demande au Groupe international de contact sur la Somalie, qui se réunit mardi 9 juin à Rome, d’adopter des mesures concrètes pour que ceux qui, en toute impunité, prennent pour cibles des civils tels que des journalistes et des militants soient tenus de rendre des comptes.

Amnesty International a décrit, dans un document rendu public en mars 2008, comment les attentats contre les journalistes sont utilisés en Somalie pour réduire au silence ceux qui voudraient faire état des atteintes aux droits humains commises par toutes les parties au conflit. Somalia : journalists under attack .

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées