SOMMET UNION EUROPÉENNE - RUSSIE : Amnesty International appelle l’Union européenne à se préoccuper de la

Index AI : EUR 46/060/2004

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU BUREAU EUROPÉEN D’AMNESTY INTERNATIONAL

Bruxelles - Alors que l’Union européenne s’apprête à recevoir à La Haye le
président russe Vladimir Poutine, Amnesty International soumet à l’Union
européenne une série de témoignages précis, qui montrent que plusieurs
personnes victimes de violations de leurs droits fondamentaux en
Tchétchénie, qui avaient porté plainte devant les institutions européennes,
ont été tuées ou ont « disparu ».

Le rapport soumis par Amnesty International aux dirigeants de l’Union
européenne affirme que des défenseurs des droits humains ont été tués en
Tchétchénie, tandis que d’autres ont été torturés. D’autres encore,
nombreux, font l’objet d’actes de harcèlement et d’intimidation. Selon
Amnesty International, un certain nombre d’éléments tendent à prouver que
des agents de l’État s’en prennent aux militants des droits humains, avec la
volonté de les réduire au silence.

Pas plus tard que le 4 novembre 2004, Rouslan Soussaïev directeur de
l’organisation Protestation civile a été arrêté avec son épouse et il a reçu
des menaces selon lesquelles sa famille « allait souffrir » s’il ne signait
pas une déclaration au sujet de l’explosion d’une bombe à Sernovodsk le 1er
novembre. Le couple, qui a six enfants, a été libéré le 5 novembre. Des
hommes armés en uniforme avaient fouillé à plusieurs reprises leur domicile
en août et septembre 2004. À une occasion, ils avaient frappé la mère de
Rouslan Soussaïev et certains des enfants. À une autre occasion, ils ont
emmené avec eux deux des enfants qui ont été libérés par la suite.

Le rapport de l’organisation examine en particulier la manière dont certains
Tchétchènes, qui avaient introduit un recours devant la Cour européenne des
droits de l’homme de Strasbourg, parce qu’ils estimaient avoir été victimes
d’atteintes graves à leurs droits fondamentaux, ont fait l’objet de
représailles, allant de la menace et du harcèlement au meurtre pur et simple
du plaignant ou de l’un de ses proches parents.

« L’Union européenne ne peut ignorer l’aggravation de la situation des
hommes et des femmes qui osent dénoncer les atteintes aux droits humains en
Russie, surtout lorsqu’une institution sœur, en l’occurrence la Cour
européenne des droits de l’homme, qui dépend du Conseil de l’Europe, est
directement concernée », a déclaré le directeur du Bureau européen d’Amnesty
International, Dick Oosting.

« En s’abstenant d’aborder la question des droits humains avec la Fédération
de Russie, l’Union européenne hypothéquerait non seulement sa propre
crédibilité, mais également celles d’une institution qui est la pièce
maîtresse de l’édifice de protection des droits humains en Europe », a-t-il
ajouté.

L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a récemment estimé que les
pertes humaines et les souffrances que le conflit en République tchétchène
continuait d’occasionner créaient une situation « très préoccupante au
regard des valeurs communes » des États membres de l’organisation.
S’adressant également aux États membres de l’Union européenne, l’Assemblée
parlementaire a par la même occasion exhorté à ne pas « rester inactifs
alors que les attaques terroristes, les tirs embusqués, les mines enterrées,
les abus de la force par les services de sécurité et les opérations du crime
organisé tuent des gens chaque jour en Tchétchénie ».

« Le sommet de demain entre l’Union européenne et la Russie doit être
consacré à la création d’un "espace de liberté, de sécurité et de justice"
commun aux deux partenaires, a indiqué Dick Oosting. Étant donné les menaces
de plus en plus graves qui pèsent sur les droits humains en Russie, l’Union
européenne doit adopter une nouvelle approche. Les sensibilités de la Russie
ne doivent pas seules donner le ton des conversations. Les préoccupations de
l’Union européenne doivent également y figurer. »

« Cet "espace commun" ne sera qu’une bulle vide si l’Union européenne ne
définit pas d’emblée un ensemble de principes non négociables - à savoir que
la " liberté" implique que les défenseurs des droits humains puissent se
battre pour faire respecter les droits des autres, que la "sécurité"
implique que les journalistes et les juristes puissent s’exprimer sans
craindre d’être harcelés ou agressés, et que la "justice" implique que les
victimes d’atteintes aux droits humains puissent librement saisir les
tribunaux et obtenir gain de cause », a souligné Dick Oosting.

Depuis le début du conflit qui déchire actuellement la Tchétchénie, les
autorités russes cherchent à limiter les informations sur la situation sur
place en matière de droits humains. Une grande partie des atrocités qui sont
commises ne sont connues que grâce à des organisations de défense des droits
humains, à des militants, à des juristes, à des journalistes indépendants ou
à de simples citoyens.

La Cour européenne des droits de l’homme à notamment été saisie par un
homme, qui entendait protester contre la « disparition » de l’un de ses
fils, lors d’une opération militaire. Depuis, l’autre fils du plaignant a
été tué. Un autre homme, qui avait porté plainte au sujet de la « 
disparition » de son frère, a « disparu » à son tour.

Le rapport d’Amnesty International dénonce également les harcèlements dont
continue de faire l’objet la famille de Louisa Beterguiraïeva, une militante
des droits humains abattue en 2001. Il explique notamment que, début juillet
2004, des forces fédérales russes ont investi le domicile de cette famille
et ont arrêté le fils de Louisa, Zelimkhan Beterguiraïev, âgé de vingt-huit
ans, qui a « disparu » depuis. Lors d’une seconde descente des forces
russes, le 20 juillet, comme les membres présents de la famille demandaient
aux soldats pourquoi ils les frappaient, ces derniers leur auraient répondu
 : « Pour que vous vous plaigniez moins ! Vous êtes déjà connus dans toute
l’Europe ! »

À plusieurs reprises, la police aurait en outre menacé des militants de
placer à leur domicile des objets compromettants, susceptibles de les faire
accuser de « terrorisme ».

Conformément aux Orientations de l’Union européenne concernant la protection
et le soutien des défenseurs des droits de l’homme, adoptées en juin 2004
par les ministres des Affaires étrangères de l’UE, Amnesty International
appelle l’Union à :

 soutenir l’action légitime des défenseurs des droits humains dans le
Nord-Caucase, comme le prévoient les Orientations de l’Union européenne ;

 évoquer lors de ses conversations avec la Fédération de Russie, et
notamment à l’occasion du sommet avec le président Vladimir Poutine,
l’inquiétude que suscitent les agressions dont sont victimes les défenseurs
des droits humains ;

 insister pour que des enquêtes indépendantes et approfondies soient
ouvertes sans délai concernant toutes les allégations de représailles dont
auraient été victimes des personnes, en relation avec un recours introduit
devant la Cour européenne des droits de l’homme, ainsi que sur toutes les
informations faisant état d’actes de torture, d’homicides et de « 
disparitions » dont auraient été victimes des défenseurs et militants des
droits humains (les conclusions de ces enquêtes devront être rendues
publiques et les coupables présumés traduits en justice).

Le rapport Russian Federation : The risk of speaking out. Attacks on human
rights defenders in the context of the armed conflict in Chechnya
<http://web.amnesty.org/library/Inde...> (index AI : EUR
46/059/2004) peut être consulté à partir de mercredi 24 novembre à 00h01.TU
sur le site http://www.amnesty-eu.org <http://www.amnesty-eu.org/> . Les
journalistes peuvent en obtenir un exemplaire avant sa sortie auprès du
Bureau européen d’Amnesty International à Bruxelles.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.