Soudan : Cinq ans plus tard, justice n’a toujours pas été rendue à 185 manifestants abattus

Les autorités soudanaises n’ont toujours traduit personne en justice pour rendre compte de la mort d’au moins 185 personnes atteintes à la tête, à la poitrine ou au dos par des balles tirées par le Service national de la sûreté et du renseignement (NISS) et par la police au cours des manifestations tristement célèbres organisées dans le pays en septembre 2013 pour protester contre la vie chère.

«  Compte tenu de l’absence totale de condamnation cinq ans plus tard, de toute évidence, soit les enquêtes ont été tout à fait inadéquates, soit les agents déployés pour réprimer les manifestations bénéficient d’une protection. Cela témoigne d’une impunité profondément ancrée au Soudan  », a déclaré Joan Nyanyuki, directrice du programme Afrique de l’Est, Corne de l’Afrique et Grands Lacs à Amnesty International.

Le gouvernement met en avant la création de trois commissions nationales d’enquête chargées de mener des investigations sur les homicides des manifestations de septembre 2013, mais les conclusions auxquelles elles sont parvenues n’ont jamais été rendues publiques et aucun responsable présumé n’a été traduit en justice.

« Les familles des victimes attendent toujours désespérément que la vérité soit établie, la justice rendue et des réparations accordées. À ce jour, un seul suspect a été déféré à une autorité judiciaire et inculpé l’affaire a été classée et le suspect libéré  », a déclaré Joan Nyanyuki.

Amnesty International et l’African Centre for Justice and Peace Studies ont publié un rapport faisant état d’un recours excessif et meurtrier à la force pendant les manifestations. Outre les 185 morts, des centaines d’autres personnes ont été blessées et environ 800 personnes ont été arrêtées arbitrairement, détenues pendant des semaines, torturées et soumises à d’autres formes de mauvais traitements.

«  Lorsque nous examinons de manière critique le bilan du Soudan en matière de droits humains sur ces quatre dernières années, nous constatons que peu de progrès ont été accomplis. Qu’il s’agisse des étudiants, des journalistes, des défenseurs des droits humains ou des groupes minoritaires tels que les Darfouriens, tous ont fait directement la terrible expérience de la répression implacable qui s’exerce au Soudan  », a déclaré Joan Nyanyuki.

Amnesty International demande au Soudan de veiller à ce que les défenseurs des droits humains, les journalistes et les autres militants de la société civile puissent mener leurs activités de défense des droits fondamentaux sans intimidation, entrave, harcèlement ou représailles.

Complément d’information

Aujourd’hui, le Comité des droits de l’homme des Nations unies procédera à un cinquième examen de la situation des droits humains au Soudan, axé sur la mise en œuvre par ce pays du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP). Amnesty International a soumis une communication en septembre 2018, qui est à l’examen aujourd’hui.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.