Soudan. De nombreux obstacles et des retards mettent en péril le déploiement des Nations unies et la vie des civils au Darfour

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Bulletin n° : 17.12.07

Amnesty International a rendu public ce lundi 17 décembre un programme en 16 points concernant la protection effective des civils au Darfour ; l’organisation y met en garde contre l’échec programmé de l’opération de maintien de la paix au Darfour – et la mise en danger de nouvelles populations civiles – si le gouvernement soudanais et la communauté internationale ne cessent pas immédiatement leurs manœuvres d’obstructions et ne mettent pas un terme aux retards qui ont entravé la mission jusqu’à maintenant.

« Le gouvernement soudanais continue de faire obstruction au déploiement d’unités non africaines, il continue de refuser aux forces de maintien de la paix l’autorisation d’effectuer des vols de nuit et continue d’exiger le droit d’interrompre les communications des forces de maintien de la paix.

« Si cela ne cesse pas, les Nations unies auront les mains liées comme cela a été le cas pour les forces de l’Union africaine - ce qui sera une catastrophe pour les Nations unies, mais surtout pour les populations du Darfour, a déclaré Erwin van der Borght, directeur du programme Afrique d’Amnesty International.

« Le gouvernement soudanais doit arrêter de jouer avec la vie des populations du Darfour. Il doit laisser la force de maintien de la paix des Nations unies – dont le déploiement a été clairement accepté – faire son travail de manière efficace. Cela signifie, lui donner accès à toutes les installations, au personnel et aux infrastructures nécessaires pour les tâches importantes qui l’attendent. »

Le 1er janvier 2008, une force des Nations unies, la MINUAD, doit prendre le relais de l’Union africaine (UA) dont la tâche de maintien de la paix a été rendue difficile par les restrictions constantes imposées par le gouvernement soudanais.

Le 14 décembre, le gouvernement soudanais a retardé l’évacuation d’un soldat de la force de maintien de la paix de l’UA, agressé et blessé par un inconnu qui lui avait tiré dans le dos. Il a fallu trois heures de négociation avant que l’autorisation d’évacuer le soldat gravement blessé sur Khartoum pour une prise en charge médicale urgente ne soit accordée.

«  Le gouvernement soudanais a obligation, selon le droit international, d’aider à l’évacuation de toute personne blessée lors du conflit. Les retards qu’il impose sont dangereux et tout simplement inacceptables, a déclaré Erwin van der Borght. La MINUAD doit obtenir l’assurance avant son prochain déploiement dans quelques semaines que ce type de comportement ne se reproduira plus.

« En plus des obstacles imposés par le gouvernement soudanais, les Nations unies voient leurs efforts freinés par la communauté internationale qui, jusqu’à présent, refuse de son côté de fournir les hélicoptères nécessaires à l’accomplissement de cette mission de maintien de la paix », a ajouté Erwin van der Borght.

Selon les Nations unies, 24 hélicoptères au minimum sont nécessaires pour une opération réussie de maintien de la paix au Darfour. À ce jour, aucun hélicoptère n’a été fourni – malgré les demandes adressées personnellement par le secrétaire général des Nations unies aux chefs d’État européens, américain, canadien et d’autres pays.

« Se lamenter sur la tragédie en cours au Darfour ne suffit pas ; la communauté internationale doit fournir l’équipement nécessaire, a déclaré Erwin van der Borght.

« L’émotion internationale suscitée par les souffrances du Darfour ne semble pas très sincère lorsque l’on constate que les gouvernements ne veulent même pas fournir un hélicoptère pour permettre aux troupes de mener à bien la tâche qui leur a été confiée – protéger les civils au Darfour. »

Pour lire les 16 points du programme d’Amnesty pour une protection efficace des civils au Darfour, se reporter au document Time is not on our side – An agenda for the Darfur Peacekeeping Mission, index AI : AFR 54/065/2007.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.